© 2009 Musée du Louvre / Daniel Lebée/Carine Deambrosis
vue d'ensemble © 1999 Musée du Louvre / Christian Larrieu
© 2009 Musée du Louvre / Daniel Lebée/Carine Deambrosis
© 1999 Musée du Louvre / Christian Larrieu

inscription

Epoque / période : hellénistique

Date de création/fabrication : 1e quart IIe s. av. J.-C. (-181 - -180)
Lieu de création : Délos
Numéro d’inventaire
Numéro d'entrée : MND 234
Numéro catalogue : Ma 4201

description

Dénomination / Titre
Dénomination : inscription (fragment)
Description / Décor
Etat de l'oeuvre : fragments brisés de tous côtés
Inscriptions
Inscription :
fragment des comptes du trésor public sous les trésoriers Kaibon et Mnesicleides, dépensés pour l'achat de blé et recettes des fermages-17 lignes
Langue :
grecque
Nature du texte :
compte des hiéropes (contenu du texte->inscription religieuse->compte)
Onomastique
Kaibon(trésorier)-Mnesicleides(trésorier)-Nymphodoros-Antigonos-Scylax-Demoson

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 13,5 cm ; Largeur : 20,5 cm ; Profondeur : 4,5 cm ; Poids avec accessoire : 0,820 kg
Matière et technique
Matériau : marbre
Technique : taillé

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : hellénistique

Date de création/fabrication : 1e quart IIe s. av. J.-C. (-181 - -180)
Lieu de création / fabrication / exécution
Délos

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
Date : 1900

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Durrbach, Félix, Inscriptions de Délos, II, Paris, 1929, Disponible sur : https://epigraphy.packhum.org/book/1?location=915 , n° 441
- Reinach, Salomon, « Pierres qui roulent », Revue des Études Grecques, 1900, Disponible sur : http://www.jstor.org/journal/revuetudgrec , n° 170-178
- Héron de Villefosse, Antoine. A propos d'une statuette en bronze de Saïda. Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1900., p. 356, n° 29
Dernière mise à jour le 14.05.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances