inscription

Epoque / période : romain impérial
Lieu de création : Rome
Numéro d’inventaire
Numéro d'entrée : MND 1749
Numéro catalogue : Ma 4485

description

Dénomination / Titre
Dénomination : inscription
Description / Décor
Décor : Anubis (cuirasse, tenant, caducée, palme)

Etat de l'oeuvre : incomplet-moins le bord gauche-peinture rouge moderne dans les lettres
Inscriptions
Inscription :
dédicace à Isis et Anubis par Agathemerus-5 lignes : aux dieux Isis et Anubis, agathemerus affranchi,? a fait...
Langue :
latine
Nature du texte :
dédicace (contenu du texte->inscription religieuse)
Onomastique
Isis-Anubis-Agathemerus

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 20,5 cm ; Largeur : 32 cm ; Profondeur : 5,5 cm ; Hauteur avec accessoire : 20,5 cm ; Poids avec accessoire : 8,5 kg
Matière et technique
Matériau : marbre
Technique : taillé, bas-relief (sculpture), gravé = gravure

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : romain impérial
Lieu de création / fabrication / exécution
Rome

Données historiques

Mode d’acquisition
ancien fonds

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Bricault, Laurent, Recueil des inscriptions concernant les cultes Isiaques, Paris, Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, 2005, n° 503.101
- Ducroux, Serge, Catalogue analytique des inscriptions latines sur pierre conservées au Musée du Louvre, Paris, 1975, n° 924
- Vidman, Ladislav, Sylloge inscriptionum religionis Isiacae et Sarapiacae, Berlin, 1969, n° 420
- L’Année épigraphique, 1901, Disponible sur : http://www.jstor.org/journal/anneepig , n° 298
- Mommsen, Théodore (dir.), Corpus inscriptionum Latinarum X. Inscriptiones Bruttiorum, Lucaniae, Campaniae, Siciliae, Sardiniae Latinae, X, Inscriptiones Bruttiorum, Lucaniae, Campaniae, Siciliae, Sardiniae Latinae, 1883, n° 6647
- Corpus inscriptionum Latinarum VI. Inscriptiones urbis Romae Latinae, VI, Inscriptiones urbis Romae Latinae, 1876-1894, n° 3673
Dernière mise à jour le 02.04.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances