© 2012 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines
© 2012 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines
© 2012 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines
© 2012 Musée du Louvre / Antiquités grecques, étrusques et romaines

figurine

-350 / -300 (2e moitié IVe s. av. J.-C.)
Lieu de création : Italie méridionale
Lieu de découverte : Italie
6841 ; Campana 76
Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
En dépôt : Musée Bargoin, Clermont-Ferrand
Numéro d’inventaire
Numéro dépositaire : 6841
Autre numéro d'inventaire : Campana 76

description

Dénomination / Titre
Dénomination : figurine
Ancien titre : Déesse assise coiffée du calathus (terre cuite) (Liste d'envoi ; 1863)
Description / Décor
Femme drapée assise vêtue d'un chiton et d'un himation dont la bordure traverse obliquement la poitrine. Siège non conservé. Chevelure avec mèches en côtes de melon à l'avant ; reste de la tête coiffée d'un calathos. Les deux pieds chaussés reposent sur le sol. Tête petite et cou épais. Le bras droit est posé sur la cuisse, la main gauche tenant un tambourin (tympanon) décoré. Dos plat sans trou d'évent, sans partie inférieure. Terre cuite creuse.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 16,5 cm ; Largeur : 6,5 cm ; Profondeur : 7 cm
Matière et technique
Matériau : argile (rose : Munsell 7.5 YR 7/4)
Technique : engobe (blanc, traces), moulé, rehaut (peinture) (vert pâle)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
2e moitié IVe s. av. J.-C. (-350 - -300)
Lieu de création / fabrication / exécution
Italie méridionale
Lieu de découverte
Italie

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1861
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Clermont-Ferrand (France), Musée Bargoin

Index

Dénomination
Matériaux
Technique
Dernière mise à jour le 25.01.2016
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances