RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
Autre RMN
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
RMN

Deux études d'architecture: projet pour une tapisserie?

Numéro d’inventaire
INV 273, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 26411
MA 12615
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.1, p.43
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Beccafumi, Domenico (vers 1486-18 mai 1551)
Ecole florentine
(F. Reiset (Inv. ms))

Anciennes attributions :
ANONYME ITALIEN
(Morel d'Arleux (Inv. ms))
PERUZZI Baldassarre Tommaso
(Dezallier d'Argenville)

description

Dénomination / Titre
Deux études d'architecture: projet pour une tapisserie?
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Cette feuille est d'un genre exceptionnel dans le corpus graphique conservé de l'artiste. Aucune des oeuvres achevées de Beccafumi n'intègre ce cortile couvert festonné et bordé de deux portiques, à la manière d'une scène de théâtre où serait assis un musicien (?) et un enfant (D. Sanminiatelli, 'Domenico Beccafumi', Milan, 1967, p. 158 n° 91), ni cette galerie soutenue par des cariatides engainées et abritant une statue et un trophée ainsi que des figures assises au sol. Le dessin exploite, dans le cadre rigoureux d'une construction en perspective, le vocabulaire fragile, ornemental et allègre, que les peintres, durant les premières décennies du XVIe siècle, avaient su découvrir dans les grotesques et dans les peintures murales de ruines antiques, telles que celles de la Domus Aurea à Rome. Si Vasari a souligné la maîtrise de la perspective par Beccafumi (G. Vasari, 'Le vite de' più eccellenti pittori scultori e architettori, nelle redazioni del 1550 e 1568', éd. par R. Bettarini et P. Barocchi, 6 vol., Florence, 1966-1987, vol. V [1983], p. 169-170) et sa curiosité précoce pour l'Antiquité (Ibidem, p. 166), il a peu fait valoir sa maîtrise de l'ornement. Ses études préparatoires à des enluminures (Florence, GDSU, n. 150 Orn et 1186 Orn) en témoignent toutefois et les historiens modernes ont pensé pouvoir reconnaître sa main dans les grotesques des pilastres de la Loggia de Galatée à la Farnésine, à Rome (R. Varoli Piazza, « Peruzzi e Beccafumi alla Farnesina », dans 'Il salone Riario nell'Episcopio di Ostia Antica : con un notiziario', Rome, 1981 [Quaderni di Palazzo Venezia], I, p. 57-68). L'apparat des fêtes en l'honneur du passage de Charles Quint à Sienne, en 1536, a pu offrir une autre occasion à Beccafumi d'utiliser ce répertoire. Il reste que l'on ne connaît pas précisément la destination de notre feuille : dessin d'architecture très précoce, selon Judey ('Domenico Beccafumi', Berlin, 1932 [Freiburg i. B., Ph. D., v. 23. Sept. 1932], p. 145 n° 179) projet de scénographie ou de fresque décorative, sans doute fait entre 1525 et 1530 environ ou vers 1530, selon D. Sanminiatelli (cit) et B. P. Gordley ('The Drawings of Beccafumi', Princeton Univ., Ph. D., 1988, p. 165-167, 338 note 28, p. 405 n° 104) , ce serait en revanche, selon A. Petrioli Tofani (cité par A. De Marchi, dans cat. exp. Domenico Beccafumi e il suo tempo, Sienne, Chiesa di Sant'Agostino, Pinacoteca Nazionale, Duomo, Palazzo Pubblico, Oratorio di San Bernardino, Spedale di Santa Maria della Scala, Palazzo Bindi Sergardi, 1990, p. 418, 425 note 44), une esquisse pour une tapisserie, sans doute à dater du courant des années 1530 (ibidem). Il est vrai que de tels motifs apparaissent dans des tapisseries comme celle d'Hercule' (Amsterdam, Rijksmuseum) tissée d'après un patron de Perino del Vaga et que le trait vacillant sur un lavis diaphane est caractéristique de la maturité de Beccafumi. Une copie de notre dessin, et non une réplique comme l'indique P. Giannattasio (dans P. Torriti, 'Beccafumi : Opera Completa', Milan, 1998, p. 317 D 134), était autrefois dans le carnet de la collection Coghlan Briscoe publié par R. Liphart Rathshoff (« Un libro di schizzi di Domenico Beccafumi », dans Rivista d'Arte, 17, 1935, p. 195 fig. 21, p. 198) et se trouve aujourd'hui dans la collection Carl Winter en Grande-Bretagne (A. De Marchi, cit., p. 425, note n° 44).
Voir : D. Cordellier, 'Domenico Beccafumi' (Cabinet des dessins), avec la collaboration de L. Angelucci et R. Serra, Milan, 2009, n° 18.
Voir aussi : P. Giannattasio, cit., p. 316-317 D133 et p. 317 sous D134.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,168 m ; L. 0,133 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis beige, pierre noire sur deux fragments de papier lavés de beige et assemblés. Annotation à la plume et encre brune en haut à gauche : 133. Collé en plein.

Données historiques

Historique de l'œuvre
P. Crozat ; numérotation à la plume et encre brune en bas à droite: 28 - Dezallier d'Argenville ; sa vente, Paris, 1779, n° 26 (Peruzzi) - Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de Saint-Morys ; écriture à la plume et encre brune, sur le montage, en bas à gauche: 'Baltazaro Peruzzi da Siena', à droite: 'Ecole florentine' et au verso: 'Dessin d'architecture / a la plume lavé de bistre' - Saisie des biens des Emigrés en 1793, remise au Museum en 1796-1797 ; marque du Louvre (L.1886).

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.9, p.1696, chap. : Ecole italienne, Dessins en paquets. (...) Numéro : 12615.Idem & Maîtres divers /&. Numéro d'ordre dans l'oeuvre du maître : 29. Désignation des sujets : Cent cartons et feuilles. 100 nombre de dessins qui sont dans chaque paquet Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Signe de recollement : Vu au crayon. Cote : 1DD41
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Mode d’acquisition
Saisie des Emigrés
Date d’acquisition
1793

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Domenico Beccafumi, Paris, Musée du Louvre, 24/06/2009 - 21/09/2009
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances