Cortège d'hommes d'armes précédant un empereur à cheval

Numéro d’inventaire
INV 1828, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 841
MA 820
Numéros de catalogues :
Inventaire italien, t.III W 471
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.1, p.299
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Tempesta, Antonio (vers 1555-1630)
Ecole florentine
(E. Jabach)

Propositions d'attributions :
TEMPESTA Antonio, attribué à
(Françoise Viatte, 1988)

description

Dénomination / Titre
Cortège d'hommes d'armes précédant un empereur à cheval
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
F. Viatte ('Musée du Louvre, Cabinet des Dessins, Inventaire général des Dessins Italiens, III : Dessins toscans XVIè-XVIIIè siècles, vol. I : 1560-1640', Paris, 1988, n° 471) a publié le dessin parmi les feuilles attribuées à Antonio Tempesta.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,135 m ; L. 0,188 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun. Collé en plein.

Données historiques

Historique de l'œuvre
E. Jabach ; dessin d'ordonnance ayant perdu son montage à bande dorée ; Inventaire Jabach : Ecole de Florence, n° 234 (Tempesta) - Acquis pour le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J.-Ch. Garnier d'Isle (L. 2961, au recto) ; marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).

Notice de l'inventaire Jabach :
Dessin probablement issu de l'ensemble des dessins dits d'ordonnance collés et dorés de la collection d'Everhard Jabach acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin ne présente aucun des signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement des dessins Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. Sa présence dans les collections royales à la date de 1752 est attestée par le paraphe de Jean-Charles Garnier d'Isle, contrôleur des Bâtiments du roi, apposé lors du récolement effectué en 1752 [L. 2961]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage telles qu'on peut les restituer sont en accord avec la description donnée par l'une des notices de l'inventaire établi par Jabach en 1671. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Minute. Paris, Archives nationales, O1 1967. Invantaire de 517 desseins d'ordonnances escole florentinne : 234 Un empereur qui marche sous un dais entre touts ses gardes a pied et a cheval ou il y a plusieurs figures entiere a la plume et lavé sur de papier blan de 11 pouce de long sur 8 pouce de haut de Tempesta

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.1, p.109, chap. : Ecole florentine, carton 6. (...) Num¿ro : 820. Nom du ma¿tre : Idem & Tempesta, Antonio /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 21. D¿signation des sujets : Deux dessins sur le même carton, l'un représente Apollon et les Muses ; il est fait à la plume ; l'autre un empereur sous un dais, accompagné de ses gardes. Dimensions : H. 14 x L. 19cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 5francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & Remis le 27 décembre 1828 pour être relié. à l'encre /&. Signe de recollement : Vu au crayon#Vu au crayon#trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre. Cote : 1DD33
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d’acquisition
acquis pour le Cabinet du roi
Date d’acquisition
1671

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Index

Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances