RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
Autre RMN
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Tony Querrec
RMN

Femme nue tenant des fruits : le Printemps ou Flore

Numéro d’inventaire
INV 8532, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 23133
MA 12584
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.4, p.280
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Primaticcio, Francesco (dit Le Primatice) (1504-1570), copie d'après
Ecole bolonaise
(S. Béguin, 1985)

Anciennes attributions :
INCONNU
(Morel d'Arleux (Inv. ms))
PRIMATICCIO Francesco
(F. Reiset (Inv. ms))

description

Dénomination / Titre
Femme nue tenant des fruits : le Printemps ou Flore
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Rangé parmi les maîtres inconnus d'écoles diverses par Morel d'Arleux (Inv. ms), ce dessin a été classé à Primaticcio par F. Reiset (Inv. ms) qui portant notait : 'originalité douteuse'. L. Dimier ('Le Primatice...', Paris, 1900, p. 479) l'a publié parmi les 'dessins faussement attribués à Primatice'. Il a été reclassé comme une copie d'après Primaticcio (voir cahier de reclassement [reclassement 2005], Louvre, Cabinet des Dessins) en suivant la proposition de S. Béguin (in 'La Galerie d'Ulysse à Fontainebleau', Paris, 1985, p. 335), qui y a reconnu une copie d'après la figure de Flore qui, avec Cérès, décorait l'extrémité est de la Galerie d'Ulysse, au château de Fontainebleau. Une figure similaire, mais en sens inverse, apparaît dans le dessin de 'L'Enlèvement d'Hélène' du Louvre (INV 5870) et dans un tableau de même sujet au Bowes Museum, Barnard Castle (J. Adhémar, 'Le dessin français au XVIe siècle', Lausanne, 1954, p. 127-128 ; S. Béguin, in cat. exp. L'école de Fontainebleau, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 1972-1973, sous n° 142). H. D. A. Miles ('The Italians at Fontainebleau', in Journal of the Royal Society of Arts, novembre 1971, p. 857 ; voir aussi D. Cordellier, cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 2004, sous n° 72 et note 9) l'a rapprochée d'une composition de Parmigianino représentant 'Vénus et les nymphes au bain' gravée par Antonio Fantuzzi (S. Béguin, op. cit. n° 150). J. Adhémar, Le Dessin français au XVIe siècle, 1954, n°30.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,251 m ; L. 0,114 m
Matière et technique
Sanguine, estompe, rehauts de blanc, papier légèrement lavé de sanguine, mise au carreau à la pierre noire.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collectionneur parfois identifié avec Desneux ou de La Noue; numéro Lxvii et paraphe (L. 3014) - E. Jabach (L. 2959) ; dessin dit du 'Rebut' - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671; paraphe d'Antoine Coypel (L. 478); marque du Louvre (L. 1886).

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1690, chap. : Ecoles diverses, 2ème boîte. (...) Num¿ro : 12584.Inconnus. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er à 1097 compris#petit trait oblique / au crayon. D¿signation des sujets : Dans la boite de bois n° 2, sont renfermés onze paquets de dessins dont la très majeure partie n'est partie trois mots barrés à l'encre n'est point collée ; ils sont faits de différentes manières. Chacun des dix premiers paquets en contient cent, et le onzième quatre vingt dix sept ; en tout 1097, y compris les contr'épreuves et les moindres croquis. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Signe de recollement : Vu au crayon# Vu signe de récolement barré de plusieurs traits au crayon au crayon#trait oblique / au crayon / sous le n° d'ordre. Annotations marginales sur l'inventaire : Nouveau n° 2 à l'encre / dans la marge / à gauche du n° d'ordre. Cote : 1DD41
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d’acquisition
acquis pour le Cabinet du roi
Date d’acquisition
1671

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances