Mercure et la Fortune

INV 4861, Recto
Département des Arts graphiques
Numéro d’inventaire
INV 4861, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 23841
MA 12589
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.3, p.37
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Farinati, Paolo (1524-1606)
Ecole vénitienne

description

Dénomination / Titre
Mercure et la Fortune
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Etude préparatoire pour l'Allégorie de la Fortune' peinte dans la salle Rouge au rez-de-chaussée de la villa de Fabio Nichesola à Ponton San Ambrogio, près de Vérone. La plupart des nombreux feuillets en rapport avec cette décoration ont été regroupés par G. M. Maranini. Une datation tardive est généralement proposée pour le décor (1590-1606). L'étude est signée en bas à droite de la fameuse coquille, signature emblématique qui fut aussi utilisé par son fils Orazio. La Fortune vogue sur l'eau, son élément de prédilection, la voile gonflée par le vent, attribut hérité d'Isis-Pelagia, la déesse protectrice des navigateurs. Le gouvernail marque son rôle de timonière (Fortuna gubernans), tandis que le globe symbolise à la fois son pouvoir sur le monde et son instabilité foncière. La longue mèche et la nuque chauve sont les accessoires de l'Occasion, déesse du moment opportun : la mèche permet de la saisir quand on la croise, sa nuque lisse l'interdit dès qu'elle est passée. La figure de Farinati prône la témérité : il faut tenter la fortune. C'est Mercure, dieu de l'intelligence vivace, qui a saisi la mèche de cette Fortune-Occasion. Panofsky a souligné le rôle de Mercure dans la littérature antique, où il sert d'antithèse à la Fortune. (R. Bonnefoit, dans cat. exp. Partis pris : Jean Starobinski, Largesse, Paris, Musée du Louvre, 1994, n° 19).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,358 m ; L. 0,277 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc sur esquisse à la pierre noire sur papier bleu.
Forme
arrondie aux angles supérieurs

Données historiques

Historique de l'œuvre
C.-P. de Saint-Morys ; saisie des biens des Emigrés en 1793, remise au Museum en 1796-1797 ; marque du musée du Louvre (L. 1886).
Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.9, p.1693, chap. : Ecole italienne, Dessins en paquets. (...) Numéro : 12589.Idem & Maîtres divers /&. Numéro d'ordre dans l'oeuvre du maître : 3. Désignation des sujets : Cent cartons et feuilles, dont un carton à deux dessins, et un à douze. 112 nombre de dessins qui sont dans chaque paquet Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Signe de recollement : Vu au crayon. Cote : 1DD41
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Mode d’acquisition
Saisie des Emigrés
Date d’acquisition
1796

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format

L'œuvre est visible sur rendez-vous en salle de consultation des Arts graphiques.

Expositions

- Largesse
Etape :
Musée du Louvre, Paris, France - 20 janvier - 18 avril 1994
Organisée par : Musée du Louvre-Département des Arts Graphiques (Paris, France), Musée du Louvre (Paris, France)
Dernière mise à jour le 12.10.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances