RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Michel Urtado
Environnement Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
Environnement Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
Autre Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Michel Urtado
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

Portrait du roi Frédéric 1er de Suède (1676-1751).

LUNDBERG Gustaf, attribué à
Numéro d’inventaire
INV 35057, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 31742
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.14, p.309
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
LUNDBERG Gustaf (1695-1786), attribué à
Ecole suédoise

Anciennes attributions :
ANONYME FRANCAIS XVIIIè s

Propositions d'attributions :
LUNDBERG Gustaf
(Gunnar W. Lundberg, 1929)

description

Dénomination / Titre
Portrait du roi Frédéric 1er de Suède (1676-1751).
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
MONNIER Geneviève 'Pastels des XVIIè et XVIIIè siècles' Paris, Musée du Louvre, 1972, n° 86. Neil Jeffares donne ce pastel à Gustaf Lundberg, portrait de Friedrich von Hessen-Kassel, koning Fredrik I av Sverige 1720 (1676-1751) (Dictionary of pastellists before 1800, Londres, 2006, p. 360). Longtemps considéré comme une œuvre française du XVIIIe siècle et parfois présenté comme le portrait du roi de Suède Gustave III, le pastel a été rendu à Gustaf Lundberg par Gunnar W.Lundberg, qui y a reconnu Frederick Ier de Suède. La comparaison avec les autres portraits du souverain, en particulier ceux de Georg Engelhard Schröder (1684-1750), Martin Van Meytens (1695-1770) ou Lorens Pasch l'Ancien (1702-1766) conservés au Nationalmuseum à Stockholm ou au musée national à Varsovie, soutient une telle identification. Landgrave de Hesse-Cassel, Frederick avait épousé Ulrique Éléonore, la soeur cadette du roi de Suède Charles XII. À la mort de ce dernier, Ulrique Éléonore avait été portée au trône par l'armée mais à condition de gouverner avec la Diète, dont le pouvoir fut renforcé en 1719 et 1720. Dès 1720, la reine s'effaçait au profit de son époux Frederick, qui fut élu et couronné en mai 1720 après avoir également accepté la Constitution limitant ses pouvoirs. Il régna jusqu'à ce qu'il soit frappé d'apoplexie en 1748, laissant alors à son successeur et au Sénat la conduite des dossiers. Frederick mourut le 25 mars 1751. Entre 1745, date à laquelle il regagna la Suède pour entrer au service du prince héritier Adolf Frederick, et 1748, Gustaf Lundberg avait livré au moins deux portraits du roi. L'un le figurait à mi-corps en armure et manteau doublé d'hermine, tourné vers la droite (Vente Stockholm, Bukowski, 28-29 mai 2002, lot 342. Reproduit par Laine et Brown, 2006, pl. 34, comme en collection privée). L'autre, aujourd'hui conservé au Louvre, adoptait un cadrage plus serré autour du visage rubicond du monarque tourné vers la gauche. Le pastel présente cette technique caractéristique de l'artiste d'une matière posée en épaisseur et de tons soutenus qui contribuent à l'expressivité et ne cherchent en rien à imiter ceux de la nature (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 105, p. 222-223). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 105.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,56 m ; L. 0,47 m
Matière et technique
Pastel sur papier marouflé sur toile tendue sur châssis. Les mesures du cadre sont : H : 00,65 ; L : 00,555 et profondeur : 00,055. Diverses étiquettes au dos : 'LUNDBERG / Attribué à / Le roi de Suède / 35057'; étiquette d'exposition : 'La France et la Suède au XVIIIe siècle'.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Il est probable que le pastel était conservé au château de Versailles avant la Révolution. Sans doute faut-il le reconnaître dans le portrait de Stanislas,roi de Pologne, que François Lauzan classe sous le numéro 5 et le nom de La Tour le 10 juin 1823 dans l'État des pastels, peintures sur verre, gouaches, miniatures, aquarelles et dessins montés sous verre, placés dans les palais de Versailles et de Trianon et dans les dépôts (A.N., cote 20150040/14, anciennement V3). L'œuvre est alors conservée au Grand Trianon. Toujours comme de La Tour et comme l'effigie de Stanislas, elle est inscrite en 1832 sur l'inventaire général des musées royaux sous le numéro 26506 (A.N., 1 DD 97,p. 1980). Encore signalée en 1832 au Grand Trianon, elle rejoint le musée du Louvre après cette date.

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des pastels

Index

Expositions

- Le Soleil et l'Etoile du Nord : La France et la Suède au XVIIIe siècle, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 15/03/1994 - 13/06/1994
- Les artistes suédois en France au XVIIIe siècle, Versailles, Château de Versailles, 15/06/1945 - 30/09/1945
- En société. Pastels du musée du Louvre XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, 06/06/2018 - 10/09/2018
Dernière mise à jour le 02.02.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances