RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) Thierry Le Mage
Autre RMN
RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) Thierry Le Mage
RMN

Sacre de Napoléon Ier à Notre Dame

1804
RF 3826, Recto
Département des Arts graphiques
Numéro d’inventaire
RF 3826, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.20, p.139
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
ISABEY Jean-Baptiste (1767-1865)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Sacre de Napoléon Ier à Notre Dame
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Inscription : 'Napoléon a pris la couronne sur l'autel et l'a placée sur sa tête, le 11 frimaire au 12, deux Xbre 1804 ; à Notre Dame le 2 Xbre J. Isabey'.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,356 m ; L. 0,52 m
Matière et technique
Restauré en 2005.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1804

Données historiques

Historique de l'œuvre
Henriette Isabey (1837-1881), fille de l'artiste, épouse de Maximilien Wey ; légué à son amie Marguerite Thérèse Marceaux, épouse de Henri Armand Rolle ; legs au musée du Louvre, 1910 (comité du 3 février 1910).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rolle, Henri Armand, Mme
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1910

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format

L'œuvre est visible sur rendez-vous en salle de consultation des Arts graphiques.

Expositions

- Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), portraitiste de l'Europe
Etape :
Musee des Beaux-Arts de Nancy, Nancy, France - 04 février - 30 avril 2006
Organisée par : RMNGP (Paris, France)
- Napoléon tel qu'en lui-même
Etape :
Archives Nationales, Paris, France - 20 juin - 02 décembre 1969
Organisée par : Archives Nationales (Paris, France)
- Deux siècles de Gloire militaire 1610-1814
Etape :
Musée des Arts Décoratifs, Paris, France - 21 mars - 19 avril 1935
Organisée par : Musée des Arts Décoratifs (Paris, France)
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances