Saint Nicolas apparaissant à l'empereur Constantin et aux trois prisonniers

vers 1735/1738
Numéro d’inventaire
RF 4558, Recto
Numéros de catalogues :
Allemands A 567
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.20, p.248
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
GOETZ Gottfried Bernhard (1708-1774)
Ecole allemande

description

Dénomination / Titre
Saint Nicolas apparaissant à l'empereur Constantin et aux trois prisonniers
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Esquisse réalisée vers 1735-1738 pour le dessin à la sanguine de Bâle (Inv. Bi. 380.16), sans doute préparatoire à la partie supérieure d'un frontispice de thèse non identifié, peut-être d'un juriste, saint Nicolas étant notamment patron des juristes (E. Isphording, 'Gottfried Bernhard Göz 1708-1774. Ölgemälde und Zeichnungen', Weissenhorn, 1982, Textband A III b 92, p. 266-267 et cat. exp. Zeichnungen des 18. Jahrhunderts aus dem Basler Kupferstichkabinett, Bâle, 1978-1979, n° 21).
Voir aussi : L. Demonts, 'Inventaire général des dessins des Ecoles du Nord. Ecoles allemande et suisse', Paris, 1937, n°567.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,166 m ; L. 0,108 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis gris et brun. Signé à la plume et encre brune en bas à gauche : G B Göz inv. (les trois initiales sont en monogramme); annoté en bas à gauche, à la plume et encre brune : "O".

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1735/1738

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collection Téodor de Wyzewa, marque au verso (L. 2471) suivie de : "N°114" à la plume et encre brune ; acquis à sa vente du 20 février 1919, n°120 - Marque du Louvre en bas à droite (L. 1886).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Wyzewa, Téodor
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
1919

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances