Jeune femme assise de 3/4 à droite, dans un parc sur une chaise de jardin, un château au fond.

1789
Numéro d’inventaire
RF 4975, Recto
Numéros de catalogues :
Invent. miniatures ivoire j 140
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.20, p.315
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
DERANTON Joseph (1756-1832)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Jeune femme assise de 3/4 à droite, dans un parc sur une chaise de jardin, un château au fond.
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Une copie ovale de cette miniature est conservée au Musée du Louvre (RF 4284).
Nathalie Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature actifs en France, 1650-1850, Les éditions de l'Amateur, Paris, 2008, p. 192, cité p. 192, représenté p. 192 (a).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,067 m ; L. 0,067 m
Matière et technique
Signé à droite sur le rocher de la cascade : 'Deranton 1789'.
Forme
ronde

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1789

Données historiques

Historique de l'œuvre
169 miniatures et un camée donnés par Félix Doistau ont été exposés à la Bibliothèque Nationale du 15 mai au 15 octobre 1906, puis prêtés et exposés au Louvre à partir du 16 octobre 1906 et donnés en 1919. Voir le livre des Prêts et Dépôts 'faits au Musée'.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Doistau, Félix
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1919

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des miniatures, armoire 2

Expositions

- Catalogue de la donation Félix Doistau, Paris, Musée du Louvre, 16/10/1906 - 31/12/1922
- Exposition d'oeuvres d'art du XVIIIe siècle à la Bibliothèque nationale. Catalogue. Miniatures, gouaches, estampes en couleurs françaises et anglaises 1750-1815. Médailles et pierres gravées 1700-1800. Biscuit de Sèvres, Paris, BnF - Site Cardinal de Richelieu, 15/05/1906 - 15/10/1906
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances