Portrait présumé de Mademoiselle Mars

Numéro d’inventaire
RF 30675, Recto
Numéros de catalogues :
Invent. miniatures ivoire j 85
Catalogue Donation D. David-Weill DDW 31
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.26, p.242
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
CAPET Marie Gabrielle (1761-1818)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Portrait présumé de Mademoiselle Mars
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, Paris, chez Madame Vergne,1831, p. 115 Abbé Jean-Baptiste Glaire, vicomte Joseph-Alexis Walsh, Encyclopédie catholique, répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle, t. V (Cait-Bey - Catherine), Paris, Parent-Desbarres, 1843, p. 320 Paul Chéron, Notice Capet, Marie-Gabrielle, dans Ferdinand Hoefer (sous la dir.), Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris, Firmin Didot frères, t. VIII, 1854, col. 575 Emile Bellier de La Chavignerie, Biographie et catalogue de l'œuvre du graveur Miger, membre de l'ancienne Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, J.B. Dumoulin, 1856, p. 127 ( Mlle Mars, épouse de Monvel) Jules Renouvier, Histoire de l'art pendant la Révolution, considéré principalement dans les estampes, Paris, Veuve Jules Renouard, 1863, p. 30 (La citoyenne Mars) Emile Bellier de La Chavignerie, Notes pour servir à l'histoire de l'exposition de la Jeunesse qui avait lieu chaque année, à Paris, les jours de la grande et de la petite Fête-Dieu, à la place Dauphine et sur le pont Neuf, Revue universelle des Arts, t. XIX, Paris, Veuve Jules Renouard, et Bruxelles, A. Mertens, 1864, p. 42 Emile Bellier de La Chavignerie, Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'école française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours, Paris, Renouard, 1882-1885, t. I, 1882, p. 196 E. Gandouin, Marie-Gabrielle Capet, L'intermédiaire des chercheurs et des curieux, t. XXXVII, n° 797, 10 mai 1898, col. 682, col. 682 Baron Roger Portalis, Adélaïde Labille-Guiard (1749-1803), Paris, Georges Petit, 1902, t. I, p. 108 Geor Kaspar Nagler, Neues allgeleines Künstler-Lexikon, Linz, E. Mareis, 2e éd., 1904-1914, t. II, 1904, p. 416 (Mlle Mars) Lucien Gillet, Nomenclature des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, lithographie, se rapportant à l'histoire de Paris et qui ont été exposés aux divers Salons depuis l'année 1673 jusqu'à nos jours, La Correspondance historique et archéologique, 13e année, Paris, A. Fontemoing, n° 141-145, janvier-février 1906, p. 212-220 (40e livret) et 366-379 (43e à 44e livret), 1906, p. 339, n° 66 Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art du Lyonnais, Paris, 1918-1919, t. I, 1918, p. 144 Exposition Les femmes peintres du XVIIIe siècle : exposés au profit de l'Appui Maternel (Hôpital Tarnier), Paris, 1926, n° 4. Louis Réau, Explication des peintures, gravures, miniatures et autres ouvrages de femmes peintres du XVIIIe siècle, exposés au profit de l'Appui Maternel (Hôpital Tarnier), du 14 mai au 6 juin en l'Hôtel des négociants en objets d'art, tableaux et curiosités, Paris, P. Frazier, 1926, p. 74, n° 4 (Mlle Clairon ?) Jean de Bourgoing, Die Französische Bildnisminiatur, Vienne, Ed. Arthur Wolf, 1928, pl. 72. Comte Arnaud Doria, Gabrielle Capet, Paris, Les Beaux-Arts, Edition d'études et de documents, 1934, p. 27 (Mlle Mars), 28 (Mlle Clairon), 57 (Mlle Mars), 58, 59, et 80-81, n° 79 (Mlle Mars) et n° 83 (Mlle Clairon), pl. XVI) Jacqueline Bouchot-Saupique, Les Miniatures et les émaux de la collection David-Weill, Jardin des arts, n° 26, décembre 1956, repr. p. 114 Donation de D. David-Weill au musée du Louvre : Miniatures et émaux, exposition, Paris, Musée du Louvre, Cabinet des dessins, octobre 1956-janvier 1957, Jeanine Bouchot-Saupique, Maurice Sérullaz, Monique Giot, Marcelle Minet, Paris, Editions des Musées nationaux, n° 31, p. 17-18, pl. XIV, ce beau portrait passait pour être celui de Mlle Clairon, à tort semble-t-il. En effet le Comte A. Doria (Comte A. Doria, Gabrielle Capet, Paris, les Beaux Arts, 1934, p. 80, n° 83, fig. 16, sous le titre Portrait prétendu de Mlle Clairon) fait remarquer qu'en 1800, elle était âgée de soixante-dix ans et avait quitté le théâtre depuis trente ans déjà. L'auteur, d'autre part, émet l'hypothèse suivante : 'Toutefois, il doit bien s'agir d'une artiste dramatique ou lyrique qui interprétait peut-être alors une œuvre de J.-J. Rousseau, car nous croyons reconnaître dans le parc qui forme le fond du tableau, celui d'Ermenonville, avec à droite l'île de Peupliers où se trouve le tombeau du célèbre philosophe'. Il s'agirait sans doute de Mlle Mars aînée, artiste du Théâtre de la République, dont Mlle Capet avait exposé un portrait au Salon de 1800. Cette miniature est très probablement celle qui figura à la vente B***, en 1874 et que le catalogue intitule simplement Jeune femme tenant un manuscrit. Georges Wildenstein, Table alphabétique des portraits peints, sculptés, dessinés et gravés, exposés à Paris au Salon, entre 1800 et 1826, Gazette des Beaux-arts, janvier 1963, t. I, p. 46 Journal de l'Amateur d'art, 18e année, n° 323, 10 janvier 1964, repr. en couv. Léo R. Schidlof, La Miniature en Europe aux 16e, 17e, 18e et 19e siècles, Graz, Akademische Druckund Verlagsanstalt, 1964, t. I, p. 132 (Mlle Clairon) Marie Montembault, Essai de catalogue du fonds de miniatures et d'émaux conservés au Cabinet des dessins du musée du Louvre, Paris, musée du Louvre, Cabinet des dessins, 1967 (mémoire dactylographié de l'Ecole du Louvre, décembre 1967), p. 131-132, n° 147 P. Jean-Richard, Musée du Louvre, Département des arts graphiques, Inventaire des miniatures sur ivoire conservées au Cabinet des dessins, Musée du Louvre et Musée d'Orsay, Paris, 1994, n° 85, p. 66, repr. p. 67. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, nouvelle édition, Paris, Gründ, 1999, t. III, p. 205 Nathalie Lemoine-Bouchard, Les Peintres en miniature actifs en France, 1650-1850, Paris, Les Editions de l'Amateur, 2008, p. 137-139, cité p. 139, repr. p. 139 (d)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,13 m ; L. 0,112 m
Matière et technique
Miniature sur ivoire. Signée et datée sur l'arbre à gauche : 'M.G. Capet an 8'. Cadre Louis XVI en métal doré. Restauré en 2002
Forme
ovale

Données historiques

Historique de l'œuvre
Inventaire de la collection David-Weill, n° 722.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : David-Weill, David
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1947

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des miniatures, armoire 2

Expositions

- Le théâtre et la danse en France, XVII-XVIIIe siècles. XXIIe exposition du Cabinet des Dessins, Paris, Musée du Louvre, 19/06/1959 - 29/10/1959
- Accrochage de miniatures, Paris, Musée du Louvre, 01/04/1998 - 30/04/1998
- Miniatures au XVIIIe siècle, Paris, Musée du Louvre, 30/05/1985 - 09/09/1985
- 1789-1815, l'étoffe des héros : costumes et textiles français de la Révolution à l'Empire, Paris, Musée des arts de la Mode, 26/04/1989 - 30/07/1989
- Portraits contemporains d'Ingres. Dessins, miniatures et pastels des collections du Louvre : LXXIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 27/09/1980 - 17/11/1980
- Miniatures, Paris, Musée du Louvre, 20/06/1972 - 31/12/1972
- Présentation de miniatures, Paris, Musée du Louvre, 22/05/2001 - 22/11/2001
- Miniatures, Paris, Musée du Louvre, 21/03/1995 - 21/06/1995
- Pastels et miniatures du XVIIe et XVIIIe siècles : XXXIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 26/11/1963 - 31/12/1963
- Donation de D. David-Weill au musée du Louvre : Miniatures et émaux, Paris, Musée du Louvre, 12/10/1956 - 31/01/1957
- Marie-Gabrielle Capet (1761-1818), une virtuose de la miniature, Caen, Musée des Beaux-Arts de Caen, 14/06/2014 - 21/09/2014
Dernière mise à jour le 05.02.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances