Soldat couché à terre

Numéro d’inventaire
RF 31192, Recto
Numéros de catalogues :
Inv. français, t. XIII B 917
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.26, p.303
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
PATER Jean-Baptiste Valenciennes (1695-1736)
Ecole française
(Morgan Grasselli)

Anciennes attributions :
WATTEAU Antoine

description

Dénomination / Titre
Soldat couché à terre
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
'Identifié par M. Morgan Grasselli parmi l'oeuvre classé à Watteau en se basant sur l'identification déjà faite par K.T. Parker (1933 ; voir INV 33 369 bis) ; ce soldat endormi se retrouve dans deux des tableaux à sujets militaires peints par Pater à l'imitation de son maître Watteau : 'Réjouissance de soldats' (F. Ingersoll-Smousse, 'Pater', Paris, 1928, n° 398, fig. 111) et 'Tente de Vivandiers du Quartier Général' (Id., n° 402, fig. 110 ; voir INV 33 369 bis). (C. Legrand (sous la dir. de), 'Musée du Louvre, Département des arts graphiques, Musée d'Orsay, inventaire général des dessins, Ecole française XIII, de Pagnest à Puvis de Chavannes, Paris, RMN, 1997, n° 917, p. 226.)'

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,152 m ; L. 0,181 m
Matière et technique
Sanguine. Numérotation en bas à droite, à la pierre noire : '286'. Collé en plein.

Données historiques

Historique de l'œuvre
R.-X. Prinet ; don en 1959 (L 1886 a).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Prinet, R.-X.
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1959

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Dessins français du XVIIIe siècle de Watteau à Lemoyne : LXXXIXe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 19/02/1987 - 01/06/1987
- Nouvelles attributions : Dessins du XVIe au XVIIIe siècle : LXVIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 09/06/1978 - 18/09/1978
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances