RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
Autre RMN
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
RMN

Etude pour un écoinçon du Panthéon : 'la Mort'

vers 1821/1837
Numéro d’inventaire
RF 35612, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.28, p.85
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Gérard, François Baron (1770-1837)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Etude pour un écoinçon du Panthéon : 'la Mort'
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Etude pour l'un des pendentifs de la coupole du Panthéon (Archives nationales, F/21/578), commandés en 1821 et exécutés entre 1831 et 1837. D'autres études pour les pendentifs sont conservées au Louvre (RF 35610 à RF 35615) et en particulier une autre allégorie de la Mort (RF 35611). A. Sérullaz (A. Sérullaz, avec la contribution de E . Lerner, 'Gérard, Girodet, Gros : l'atelier de David', 5 Continents n° 10, Cabinet des dessins, musée du Louvre, Paris, Milan, 2005, n° 16, p. 76-77) rapproche la Faucheuse de certains personnages de Fuseli et suggère que le motif du serpent ait pu être inspiré d'une des illustrations de 'Le pitture antiche d'Ercolano' (p. 207), dont Gérard possédait un exemplaire.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,151 m ; L. 0,224 m
Matière et technique
Crayon de graphite, sur papier beige. Mise au carreau chiffrée au crayon de graphite. Restauré en 2005.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1821/1837

Données historiques

Historique de l'œuvre
Descendants de l'artiste, cachet de succession en bas à droite (non répertorié par Lugt) ; partie d'un ensemble de 171 dessins de Gérard acquis par le Louvre en 1972.
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
1972

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Gérard, Girodet, Gros : l'atelier de David, Paris, Musée du Louvre, 22/09/2005 - 16/01/2006
Dernière mise à jour le 05.09.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances