Triomphe de Scipion : Scipion sur un char triomphal

Vers 1532/1535
Numéro d’inventaire
INV 3536, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 2006
MA 1932
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.2, p.105
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Giulio Romano (Giulio Pippi, dit aussi Jules Romain) (1499-1546)
Ecole romaine et ombrienne

Propositions d'attributions :
PIPPI Giulio, atelier de
(K. T. Parker, 1956)

description

Dénomination / Titre
Triomphe de Scipion : Scipion sur un char triomphal
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Comme les feuilles du Louvre INV 3524, 3535, 3537 à 3542 et INV 3544 ce dessin est le petit patron d'une pièce de la tenture décrivant l'Histoire de Scipion', commandée le 11 juillet 1532 par François Ier à Marc Crétif, marchand italo-flamand demeurant à Bruxelles, après en avoir vu trois pièces tissées. Selon les « Acquis au comptant des dépenses secrètes » de François Ier, la même année, Primatice (« Francisque Boulongne ») fut payé pour avoir apporté dans les Flandres un petit patron de 'Scipion l'Africain' destiné à une tapisserie que le roi souhaitait faire exécuter à Bruxelles. S'agissant de la première mention de Primatice en France, il est vraisemblable qu'au moment de son départ d'Italie Giulio Romano, traditionnellement identifié comme l'auteur des patrons en relation avec cette tenture, lui a confié des 'modelli' pour qu'il puisse les soumettre au roi. La tenture, terminée en avril 1535, comprenait vingt-deux pièces représentant treize « Gestes » et neuf « Triomphes » de Scipion, vainqueur de la Deuxième Guerre punique en 202 av. J.-C. Les épisodes illustrés sont tirés de sources anciennes, principalement de l'Histoire romaine' de Tite-Live, des 'Histoires' de Polybe et de l'Histoire romaine' d'Appien, très diffusées à l'époque en Italie. Tissée d'or et de soie, la tenture de 'L'Histoire de Scipion' fut détruite en 1797 sur décision du directeur général du Garde-Meuble, Villette, pour en récupérer les matériaux précieux. Le Louvre conserve presque la totalité des éléments témoignant de cette oeuvre grandiose : une feuille en rapport avec la suite des « Gestes » (Inv. 3535), neuf patrons pour les « Triomphes » (Inv. 3524, 3536 à 3542 et 3544) ainsi qu'un carton (Inv. 3534). Ces pièces, de qualité inégale, sont attribuées seulement en partie à Giulio, les autres étant considérées comme provenant de son atelier.
Comme l'a fait remarquer F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 230 ; voir aussi B. Jestaz, dans 'Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins', par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, cat. exp. Paris, Grand Palais, 1978, p. 135), le sujet de la composition est emprunté à Appien ('Le Livre africain', LXVI, 297) : « [Scipion est] sur un char décoré de peintures multicolores ; il porte une couronne d'or et des pierres précieuses et a revêtu, pour se conformer à la coutume ancestrale, une toge pourpre où l'on a tissé des étoiles d'or ; il porte un sceptre d'ivoire et une branche de laurier, plante que les Romains considèrent toujours comme un symbole de victoire ».
Une première étude à la plume pour la composition est conservée à Oxford (Ashmolean Museum, P. II 46 ; K. T. Parker, 'Catalogue of the Collection of Drawings in the Ashmolean Museum, II : Italian Schools', Oxford, 1956, p. 118-119 n° 246, repr. pl. LXII). On connait une copie dessinée de la scène par P. P. Rubens (J. G. van Gelder, « The Triumph of Scipio by Rubens, P. Crozat Sale (1741), lot 814 », dans Duits Quarterly, 8, Automne 1965, p. -20, repr. p. 6 ; dessin repassé en vente publique Sotheby's , Londres, 9 juillet 2008, lot 16 repassé en passé en vente publique à New York (Christie's, 24 janvier 2017,lot 86 repr.).
BIBLIOGRAPHIE:
K. T. Parker, 'Catalogue of the Collection of Drawings in the Ashmolean Museum, II : Italian Schools', Oxford, 1956, p. 119 sous n° 246 (Giulio Romano, atelier de) ;
F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 227, 303 n° 265, repr. vol. II fig. 479 ;
W. McAllister Johnson, « Giulio Romano's Allegory of Immortality reconsidered », dans The Art Quarterly, XXXII (1969), p. 14, p. 20 note 31, repr. p. 12 fig. 9 ;
J. Cox-Rearick, cat. exp. La collection de François Ier, Paris, Musée du Louvre, 1972-1973, n° 54 F ;
cat. exp. Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins, par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, Paris, Grand Palais, 1978, p. 135-138, repr. ;
R. Bacou, cat. exp. Autour de Raphaël, Paris, Musée du Louvre, 1983-1984, n° 59 ;
G. Delmarcel, « Fructus Belli: Brusselse wandtapijten en Italiaanse Renaissance bij de Gonzaga's », dans 'Bulletin des Musées Royaux d'Art et d'Histoire de Bruxelles', 60, 1989, p. 182 et note 56, repr. pl. 23 ;
S. Massari, cat. exp. Giulio Romano pinxit et delineavit, Opere grafiche autografe di collaborazione e bottega, Rome, Palazzo della Farnesina, 1993, p. 186 sous n° 174 ;
Clifford M. Brown, G. Delmarcel, avec la collaboration d'A. M. Lorenzoni, 'Tapestries for the Courts of Federico II, Ercole and Ferrante Gonzaga, 1522-1563', University of Washington Press, Seattle and London, 1996, p. 166, repr. fig. 61 ;
cat. exp. Lisses et délices : chefs-d'œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV, Chambord, Château de Chambord, 1996-1997, p. 56 ;
G. Delmarcel, 'Giulio Romano and Tapestry at the Court of Mantua', dans 'La corte di Mantova nell'età di Andrea Mantegna : 1450 - 1550 / The court of the Gonzaga in the age of Mantegna', Actes du colloque (Londres, 6 - 8 mars 1992, Mantoue, 28 mars 1992), éd. par C. Mozzarelli, R. Oresko , L. Ventura, Rome, 1997, p. 384 et note 5, repr. fig. 1;
cat. exp. Gli Arazzi dei Farnese e dei Borbone - Le collezioni dei secoli XVI-XVIII, par G. Bertini, N. Forti Grazzini, Colorno, Palazzo Ducale, 1998, p. 134 n° 16, repr. p. 135 ;
D. Cordellier, 'Deux cartons pour la tenture des « Fructus Belli »', Paris, Musée du Louvre, feuillet 7/ 02 (janvier 1998) ;
J. Cox-Rearick, 'Beyond eclectism : Salviati and Giulio Romano', dans 'Francesco Salviati et la Bella Maniera', actes du colloque (Rome et Paris, 1998), Rome, 2001, p. 361, note 24, repr. 362 fig. 4 ;
Th. P. Campbell, cat. exp. Tapestry in the Renaissance - Art and Magnificence, New York, The Metropolitan Museum of Art, 2002, p. 346, p. 364 n° 42, repr. ;
D. Cordellier, dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 2004-2005, p. 77 sous note 2 ;
M. R. Palvarini Gobio Casali, « Un aggiornamento sulla ceramica a Mantova », dans 'Scritti per Chiara Tellini Perina', par D. Ferrari et S. Marinelli, Mantoue, 2011, p. 85 ;
L. Angelucci, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par L. Angelucci et R. Serra, sous n° 32.

Un dessin de Peter Paulus Rubens représentant la même scène est passé en vente chez Sotheby's, Londres, mercredi 9 juillet 2008, 'Old Master Drawings', vente L08040, lot 16, p. 34-36, repr. p. 35

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,413 m ; L. 0,602 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc, pierre noire, sur deux feuillets de papier lavé beige. Collé en plein.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1532/1535

Données historiques

Historique de l'œuvre
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, II, n° 246 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953), ), marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).

Notice de l'inventaire Jabach :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach,
acquis pour le roi en 1671

A. Critères de l'identification

Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 :

- montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ;
- numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ;
- paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ;

- marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins :

- transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ;
- paraphe Prioult [L. 2953].

L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine.

B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net.
Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869

Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël :

246

Constantin marchant en triomphe et la Renommee devant luy en grand nombre de figures entieres et animaux à la plume lavé et rehaussé sur du papier roux de 2 pieds demy pouce de long sur 18 pouces de hault

dudit J. Romain

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.2, p.260, chap. : Ecole romaine, carton 14. (...) Numéro : 1932. Nom du maître : Idem & Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Numéro d'ordre dans l'oeuvre du maître : 92. Désignation des sujets : Le triomphateur sur son char, précédé par la Renommée et couronné par la Victoire. Dessin à la plume, lavé et rehaussé de blanc. Dimensions : H. 42 x L. 61cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 50francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & Remis le 27 décembre 1828 pour être relié à l'encre /&. Signe de recollement : Vu au crayon#trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre. Cote : 1DD34
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d’acquisition
acquis pour le Cabinet du roi
Date d’acquisition
1671

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Très grand format

Expositions

- Jules Romain : L'Histoire de Scipion, tapisseries et dessins, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 26/05/1978 - 02/10/1978
- Gli Arazzi dei Farnese e dei Borbone : Le collezioni dei secoli XVI-XVIII, Colorno, Palazzo ducale di Colorno, 19/09/1998 - 29/11/1998
- Autour de Raphaël : LXXXe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 24/11/1983 - 13/01/1984
- La collection de François Ier, Paris, Musée du Louvre, 13/10/1972 - 14/02/1973
- Tapestry in the Renaissance : Art and Magnificence, New York, The Metropolitan Museum of Art - The Cloisters, 12/03/2002 - 19/06/2002
- Tapisseries flamandes pour les ducs de Bourgogne, l'empereur Charles Quint et le roi Philippe II, Gand, Kunsthal De Sint-Pietersabdij, 21/11/2008 - 29/03/2009
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances