RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) Jean-Gilles Berizzi
Autre RMN
RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) Jean-Gilles Berizzi
RMN

Triomphe de Scipion : licteurs et musiciens

Vers 1532/1535
Numéro d’inventaire
INV 3542, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 2001
MA 1927
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.2, p.106
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Giulio Romano (Giulio Pippi, dit aussi Jules Romain) (1499-1546)
Ecole romaine et ombrienne

Propositions d'attributions :
PIPPI Giulio, copie d'après
(Anonyme (note ms))

description

Dénomination / Titre
Triomphe de Scipion : licteurs et musiciens
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Comme les feuilles du Louvre INV 3524, 3535 à 3542 et INV 3544 ce dessin est le petit patron d'une pièce de la tenture décrivant l'Histoire de Scipion', commandée le 11 juillet 1532 par François Ier à Marc Crétif, marchand italo-flamand demeurant à Bruxelles, après en avoir vu trois pièces tissées. Selon les « Acquis au comptant des dépenses secrètes » de François Ier, la même année, Primatice (« Francisque Boulongne ») fut payé pour avoir apporté dans les Flandres un petit patron de 'Scipion l'Africain' destiné à une tapisserie que le roi souhaitait faire exécuter à Bruxelles. S'agissant de la première mention de Primatice en France, il est vraisemblable qu'au moment de son départ d'Italie Giulio Romano, traditionnellement identifié comme l'auteur des patrons en relation avec cette tenture, lui a confié des 'modelli' pour qu'il puisse les soumettre au roi. La tenture, terminée en avril 1535, comprenait vingt-deux pièces représentant treize « Gestes » et neuf « Triomphes » de Scipion, vainqueur de la Deuxième Guerre punique en 202 av. J.-C. Les épisodes illustrés sont tirés de sources anciennes, principalement de l'Histoire romaine' de Tite-Live, des 'Histoires' de Polybe et de l'Histoire romaine' d'Appien, très diffusées à l'époque en Italie. Tissée d'or et de soie, la tenture de 'L'Histoire de Scipion' fut détruite en 1797 sur décision du directeur général du Garde-Meuble, Villette, pour en récupérer les matériaux précieux. Le Louvre conserve presque la totalité des éléments témoignant de cette oeuvre grandiose : une feuille en rapport avec la suite des « Gestes » (Inv. 3535), neuf patrons pour les « Triomphes » (Inv. 3524, 3536 à 3542 et 3544) ainsi qu'un carton (Inv. 3534), qui reprend, en sens envers, cette même composition. Ces pièces, de qualité inégale, sont attribuées seulement en partie à Giulio, les autres étant considérées comme provenant de son atelier. Comme l'a fait remarquer F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 229, 303 n° 262 ; voir aussi B. Jestaz, dans 'Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins', par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, cat. exp. Paris, Grand Palais, 1978, p. 122), le sujet de la composition est emprunté à Appien, les personnages representés étant à identifier avec les licteurs et les mucisiens marchant juste devant Scipion dans le triomphe du général ('Le Livre africain', LXVI, 295). Au Louvre est conservée une copie d'après ce dessin par Peter Paulus Rubens (INV 20250) BIBLIOGRAPHIE : Colonel d'Astier, 'La Belle Tapisserye du Roy (1532-1797) et les Tentures de Scipion l'Africain', Paris, 1907, p. 99 et note 1, repr pl. XV ; F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 227, 229, 303 n° 262, repr. vol. II fig. 477 ; J. Cox-Rearick, cat. exp. La collection de François Ier, Paris, Musée du Louvre, 1972-1973, n° 54 F ; cat. exp. Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins, par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, Paris, Grand Palais, 1978, p. 122-123, cf aussi p. 124- 125 ; A. Sérullaz, dans cat. exp. Rubens, ses maîtres, ses élèves, Paris, Musée du Louvre, 1978, sous n° 77 ; Th. P. Campbell, cat. exp. Tapestry in the Renaissance - Art and Magnificence, New York, The Metropolitan Museum of Art, 2002, p. 346 ; D. Cordellier, dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 2004-2005, n° 5 ; D. Cordellier, dans cat. exp. Primaticcio. Un bolognese alla corte di Francia, Bologne, Palazzo Re Enzo, 2005, n° 4 ; S. Béguin, « Primaticcio in France », dans The Burlington Magazine, CXLVII (2005), 1225 (avril), p. 241 ; L. Angelucci, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par L. Angelucci et R. Serra, sous n° 32.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,428 m ; L. 0,573 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun, tracé préparatoire à la pierre noire, papier lavé de beige. Angles déchirés ou découpés et complétés. Collé en plein. Restauré en 2004.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1532/1535

Données historiques

Historique de l'œuvre
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, II, n° 248 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953), marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).

Notice de l'inventaire Jabach :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach, acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël : 248 Un triomphe où il y a quantité de figures entieres qui portent des trophees et d'autres qui jouent de la trompette à la plume et [lavé] sur du papier blanc de 2 pieds de long sur 18 pouces 1/2 de hault dudit [J Romain]

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.259, chap. : Ecole romaine, carton 14. (...) Num¿ro : 1927. Nom du ma¿tre : Idem & Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 87 B. D¿signation des sujets : Le même sujet fait de la même manière. Dimensions : H. 43 x L. 58,5cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 25francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & Remis le 27 décembre 1828 pour être relié à l'encre /&. Signe de recollement : Vu au crayon#trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre. Cote : 1DD34 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : l'iconographie et la technique, précisées dans la notice n° 1926, concernent en fait les notices n° 1926 et 1927..
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d’acquisition
acquis pour le Cabinet du roi
Date d’acquisition
1671

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format

Expositions

- Jules Romain : L'Histoire de Scipion, tapisseries et dessins, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 26/05/1978 - 02/10/1978
- La collection de François Ier, Paris, Musée du Louvre, 13/10/1972 - 14/02/1973
- Primaticcio. Un bolognese alla corte di Francia, Bologne, Palazzo del Podesta e di re Enzo, 30/01/2005 - 10/04/2005
- Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 22/09/2004 - 03/01/2005
Dernière mise à jour le 16.09.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances