Le Passage du Rhin

Numéro d’inventaire
INV 20066, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 9466
MA 8936
Numéros de catalogues :
Flamands F 833
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.8, p.295
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Van der Meulen, Adam Frans (1632-1690)
Ecole flamande

Propositions d'attributions :
LE BRUN Charles
(L. Beauvais, 2000)

description

Dénomination / Titre
Le Passage du Rhin
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Les dessins rattachés à la tenture de 'L'Histoire du Roy' se répartissent en 3 séries. La première, tissée à partir de 1665 aux Gobelins, évoque des épisodes de la Guerre de Dévolution ainsi que des épisodes civils ou diplomatiques. La deuxième a pour sujet des épisodes de la Guerre de Hollande mais aucune tenture n'a été tissée. La troisième, non tissée, pourrait faire partie d'un projet d''Histoire galante du Roi'. Le projet 'Le Passage du Rhin' - épisode le plus célèbre de la campagne -, se rapportant à la guerre de Hollande, aurait du être traité avec ampleur mais ne fut pas tissé. Sur les pensées de Le Brun, Van der Meulen a réalisé plusieurs études (Louvre et Mobilier national) dont le plus complet est un dessin calqué (Inv. 27663). Les figures allégoriques sont de la main de Le Brun. Sur la base de ces études, P. de Sève a peint le carton de la composition non tissée (musée du château de Versailles, MV 126, fig. 154). Les cartons ont presque tous été rapproché de la peinture sur soie, entreprise entre 1682 et 1684 par F. Bonnemer, car l'ensemble est cohérent et proche de la version finale. 'Ce dessin est une première pensée de Van der Meulen pour le projet de tapisserie relatif au 'Passage du Rhin'. La conception en revient à Le Brun, qui a dessiné les trois figures allégoriques qui surmontent la scène.' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome II, Paris, 2000, n° 2530 bis, p. 732).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,265 m ; L. 0,817 m
Matière et technique
Pierre noire, le paysage à droite repris à la plume et encre brune, sur deux morceaux de papier réunis verticalement. Annoté, à la plume et encre brune, au-dessus des figures allégoriques : 'La Gloire', La Valeur, L'honneur'.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Atelier de Le Brun. Entré dans les collections royales en 1690 ; paraphe de Jean Prioult (L. 2953) ; marque du musée impérial (L. 1955).

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.6, p.1135, chap. : Ecole flamande, Carton 91. (...) Numéro : 8936. Nom du maître : Idem & Van der Meulen /&. Numéro d'ordre dans l'oeuvre du maître : 12. Désignation des sujets : Croquis en deux morceaux représentant le Passage du Rhin. Il est fait partie à la plume, partie au crayon. Dimensions : H. 27 x L. 81cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & Remis au musée pour être relié à l'encre /&. Signe de recollement : Vu au crayon#trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre#trait oblique / au crayon / sous le nom du maître. Cote : 1DD38
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Cabinet du Roi
Mode d’acquisition
Saisie royale
Date d’acquisition
1690

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Très grand format

Expositions

- A la gloire du Roi : Van der Meulen, peintre des conquêtes de Louis XIV, Dijon, Musée des Beaux-Arts de Dijon, 09/06/1998 - 28/09/1998
- Le Brun à Versailles : LXXXVe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 03/10/1985 - 06/01/1986
- Restitution du cabinet du Conseil du roi. Soieries peintes des XVIIe et XVIIIe siècles, Compiègne, Musée national du Château de Compiègne, 20/05/1972 - 02/10/1972
- Notices des dessins placés dans les Galeries du Musée Royal, au Louvre [Ecole française et Ecole du nord], Paris, Musée du Louvre, 1838 - 1866
Dernière mise à jour le 18.11.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances