Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
Autre RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
Autre RMN-Grand Palais - Photo S. Maréchalle
Autre RMN-Grand Palais - Photo S. Maréchalle
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Thierry Le Mage
RMN-Grand Palais - Photo S. Maréchalle
RMN-Grand Palais - Photo S. Maréchalle

Deux dévotes en prière devant un double monogramme Jhesus Maria

Numéro d’inventaire
MI 1087, Recto
Numéros de catalogues :
Catalogue raisonné des enluminures (cabinet des dessins) ENL 149
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.18, p.85
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
MAITRES DES SCENES DE LA PASSION DE MARIE D'HAPLAINCOURT (Actif vers 1520/1550)
Ecole française
(F. Avril, 2011)

Anciennes attributions :
ANONYME FRANCAIS XVè s (fin)

description

Dénomination / Titre
Deux dévotes en prière devant un double monogramme Jhesus Maria
Tableu-reliquaire à usage devotionnel
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Bibliographie : François Avril, dans 'Les enluminures du Louvre, moyen âge et Renaissance', catalogue raisonné sous la direction scientifique de François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier, assistés de Laura Angelucci et Roberta Serra, Paris, 2011, n° 149 (avec bibliographie et attributions antérieures).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,279 m ; L. 0,193 m
Matière et technique
Enluminure sur parchemin, or au pinceau, argent bruni. Sur le pourtour du cadre intérieur, inscription en capitales et onciales : o domine jhesv christe// fili dei vivi qvi prome (sic) passvs es// amoris ardore sis// michi solativm in mortis agone (versets correspondant à la commendatio finale des heures de la Croix) 1. Le cadre extérieur est semé de motifs végétaux et autres sur fond à compartiments alternativement blancs et dorés, en vogue dans le décor des livres d'heures de cette époque tardive.Contrecollé sur une planchette de bois de chêne, d'une épaisseur de 5 à 6 mm.
Forme
rectangulaire

Données historiques

Historique de l'œuvre
Armoiries des deux priantes : écu en losange, parti au un : échiqueté d'or et de gueules, à l'écu d'argent à une bande de sable ; au deux : d'argent à la bande de quatre pièces de gueules. Ce dernier élément de l'écu pourrait désigner un membre de la famille picarde de Belloy - Xavier Willemin (1763- 1833), archéologue et médiéviste, au début du XIXe siècle et jusqu'à sa mort (selon la note manuscrite de Charles Sauvageot transcrite ci-après) - Charles Sauvageot (1781-1860) ; note autographe sur un papier collé sur la tablette de chêne portant la miniature qui décrit l'aspect initial de la pièce, qui constituait à l'origine une sorte de reliquaire: « Les Armes de la Passion. Miniature sur vélin, de la fin du XVe siècle. Au milieu, les monogrammes réunis du Christ et de la Vierge Marie se composant d'un M majuscule surmonté d'un A et des lettres I.H. et S. enlacées, et entourées des instruments et insignes de la passion. / au dessous, deux femmes en costume de Religieuses, agenouillées de profil, devant leur prie-Dieu. / entr'elles, un écu en lozange (ou de Demoiselle) parti au 1er ; échiqueté d'or et de gueules ; sur le tout, d'argent, à deux bandes de sable - au deuxième ; d'argent à 4 bandes de gueules ; surmonté de la légende o.bone .Jhesu.esto.michi. Jhs. La miniature est entourée d'une bordure à fleurs et fleurons dans laquelle on lit l'inscription suivante commençant par le haut : Ô. [sic] Domine. Jhesu. christe. dei. vivi. qui. pro. me. passus. es. amoris. ardore. sis. michi. solatium. in. mortis. agone / Le cadre qui est du temps est remarquable : il est en bois peint et doré et sculpté à jour ; il rappelle, dans la partie supérieure et ceintrée [sic], les mêmes armes qui sont entre les deux prie-Dieu. / Cet objet a appartenu jusqu'à sa mort à mon ami Mr N. X. Willemin (auteur de l'ouvrage intitulé : les Monuments français inédits, 2 vol. in fol). chez lequel jel'avois toujours vu. / Nota : en démontant ce cadre pour remplacer la glace qui avoit été brisée, on a trouvé au milieu de l'épaisseur de la traverse à laquelle s'attache la charnière, un morceau de robe de laine en serge brune (sans doute quelque relique sainte ou d'affection) qui a été replacé avec soin. / (Collection de Mr Chles Sauvageot.) » ; le cadre décrit par Sauvageot est conservé (inventaire des cadres, n° 1728) ; don au Louvre en 1856.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Sauvageot, Paul
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1856

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des miniatures, armoire 5

Expositions

- Notice des dessins, cartons, pastels, miniatures et émaux exposés dans les salles du 1er et 2ème étage au musée national du Louvre [Ecole française de Le Sueur à Anonyme, et Dessins indiens et Emaux], Paris, Musée du Louvre, 1869 - 1900
Dernière mise à jour le 05.02.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances