Vue de la corniche : Rocca Brune

Numéro d’inventaire
RF 2033, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.19, p.171
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Huet, Paul (1803-1869)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Vue de la corniche : Rocca Brune
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Inquiet pour la santé de sa femme, Céleste, Huet se résout à suivre les conseils d'un médecin et se rend à Nice à la fin de septembre 1838. Leur installation pose quelques problèmes, si l'on en juge par une lettre que l'artiste adresse à son ami Sollier à la fin du mois de décembre. Le couple quitte Nice à la fin mai 1839, remontant vers le nord par Hyères, Marseille, Apt, Avignon, avant de prendre le bateau sur le Rhône. Au cours de ses séjours dans la région niçoise, Huet, malgré ses soucis, a pris le temps de dessiner les paysages qu'il découvrait sur la côte ou dans l'arrière-pays. Au début, déconcerté par la lumière vive et brillante qui l'environne, l'artiste travaille à l'aquarelle avec une gamme de tons sombres dont cette vue du vieux village de Roquebrune, perché au-dessus de la Grande Corniche, offre un exemple caractéristique ; mais sa palette s'éclaircit au fur et à mesure que son oeil s'accoutume au soleil. ('Souvenirs de voyages', 1992)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,372 m ; L. 0,592 m
Matière et technique
Aquarelle sur traits de crayon noir

Données historiques

Historique de l'œuvre
Atelier Paul Huet : marque en bas à droite (Lugt 1268), vente Huet, Paris 15-16 avril 1878 - R.P. Huet
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Huet, René Paul
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1896

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format

Expositions

- Souvenirs de voyages : autographes et dessins français du XIXè siècle, Paris, Musée du Louvre, 27/02/1992 - 18/05/1992
Dernière mise à jour le 08.10.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances