Sept études de gardes d'épées

vers 1825/1830
Numéro d’inventaire
RF 9829, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.22, p.407
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Delacroix, Eugène (1798-1863)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Sept études de gardes d'épées
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ces études d'armes et de scènes de batailles datent des années 1825-1830 (voir RF 9833 ; RF 9837 ; RF 9826 ; RF 9354). Elles ont pu servir à Delacroix pour la réalisation des batailles de Poitiers et de Nancy. L'insistance avec laquelle Delacroix se consacre à ses recherches archéologiques traduit l'esprit de ses deux premières grandes batailles médiévales où les accessoires jouent un rôle déterminant. Cette recherche de réalisme, ou de réalité historique, sera progressivement reléguée au second plan : Taillebourg s'imposera plutôt par l'ampleur du souffle de l'histoire que par l'insistance sur le détail dépoque. Ces feuilles servirent néamoins au peintre de pièces de référence qu'il réutilisera dans la plupart de ses compositions médiévales, ce dont témoignent les annotations autographes, si soucieuses d'en relever l'exactitude chronologique. (Versailles, 1998-1999)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,21 m ; L. 0,272 m
Matière et technique
Mine de plomb. Pliures centrales, verticales et hrizontales

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1825/1830

Données historiques

Historique de l'œuvre
Atelier Delacroix, vente, 1864, faisait paprtie du n° 655 - E. Moreau-Nélaton
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Moreau-Nélaton, Etienne
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1927

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Delacroix à Versailles : Autour de la Bataille de Taillebourg, Versailles, Château de Versailles, 16/11/1998 - 16/02/1999
Dernière mise à jour le 16.10.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances