Etude de deux femmes nues

vers 1908
RF 23345, Recto
Département des Arts graphiques
Numéro d’inventaire
RF 23345, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
AM 1099
Numéros de catalogues :
Inv. français, t. XIII B 1527
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.24, p.463
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures, collection du musée d'Orsay
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
PIOT René (1866-1934)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Etude de deux femmes nues
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Femme nue penchée en avant vers la droite, la jambe gauche repliée sous le buste, les mains appuyées en avant ; à droite, esquisse d'une femme nue debout penchée sur sa jambe gauche repliée que retient son bras gauche. Recherches pour 'Le Parfum des Nymphes', fresque commandée par André Gide pour la Villa Montmorency, à Auteuil, en 1908. (M. Servot, V. Goarin et C. Scheck, Musée du Louvre, Cabinet des dessins - Inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, 1997, R.M.N., n° 1527, p. 377.)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,277 m ; L. 0,432 m
Matière et technique
Crayon noir et mine de plomb sur papier lavé saumon. Annotation à la mine de plomb : '2 - Bacchus ivre' et '3 - apothéose mariage sacré de Bacchus et Ariane Olympe' et signé en bas à gauche, au crayon noir : 'René Piot'. Collé en plein.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1908

Données historiques

Historique de l'œuvre
Raymond Koechlin ; legs au Musée National du Luxembourg en 1922 ; mis en dépôt au Musée National d'Art Moderne en 1933 ; reversement au Musée du Louvre en 1977 (L. 1886 a).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Musée National d'Art Moderne
Mode d’acquisition
reversement
Date d’acquisition
1977

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

L'œuvre est visible sur rendez-vous en salle de consultation des Arts graphiques.
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances