Apollon lycien et fragment de torse féminin antique

vers 1813/1818
Numéro d’inventaire
INV 32572, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 35378
Numéros de catalogues :
Inv. français, t. XIII B 1963
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.13, p.270
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Pradier, James (1790-1852)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Apollon lycien et fragment de torse féminin antique
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Etude d'après l'antique d'une statue d'Apollon. 'Dessin certainement fait à Rome lors du séjour de Pradier comme pensionnaire de l'Académie de France de 1813 à 1818. Le modèle de cet Apollon lycien est certainement celui du musée du Capitole. Quelques autres dessins d'antiques de Pradier sont conservés au musée d'Art et d'Histoire de Genève. On ne connaît pas de création de Pradier qui puisse être directement inspirée par ce modèle.' (I. Leroy-Jay-Lemaistre, Musée du Louvre, Cabinet des dessins - Inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, 1997, R.M.N., n° 1963, p. 519.)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,203 m ; L. 0,252 m
Matière et technique
Plume et encre brune sur traits de crayon noir. Au revers à l'encre : 'm.n.291'.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1813/1818

Données historiques

Historique de l'œuvre
Don Lequesne au nom des héritiers de Pradier avant le 8 juillet 1852, date de la lettre de remerciement du directeur des musées (Archives du Louvre, D8 1852, 8 juillet) et procès-verbaux du Conservatoire, séance du 24 juillet 1852 (L. 1886).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Lequesne
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1852

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Le corps en morceaux, Paris, Etablisement public du Musée d'Orsay et de l'Orangerie, 05/02/1990 - 03/06/1990
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances