La course des chevaux libres

Numéro d’inventaire
INV 26736, Recto
Anciens numéros d'inventaire :
NIII 35329
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.11, p.161
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Géricault, Théodore (1791-1824)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
La course des chevaux libres
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Dessin préparatoire à une des ébauches peintes représentant 'La Course de chevaux libres' (Dans les musées de Paris (Louvre), Rouen, Lille, Baltimore...). Cette course de chevaux libres, ou barbes (barberi) avait lieu sur le Corso, de la Place du Peuple à la Place de Venise, à Rome (cf. R. Michel, Gericault, Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 1991-1992, p. 98).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,295 m ; L. 0,46 m
Matière et technique
encre brune;papier chamois;plume

Données historiques

Historique de l'œuvre
Colin - Aimé Charles dit Horace His de La Salle (1795-1878) , cédé par lui en avril 1851 (L. 1886 a) dans un lot de neuf dessins (de NIII 35325 à 35333) suivant une décision entérinée par le comte de Nieuwerkerke lors de la séance du Conservatoire du 15 mars 1851.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : His de la Salle, Aimé-Charles-Horace
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
1851

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Dessins français de 1750 à 1825 dans les collections du Musée du Louvre : le néo-classicisme : Lème exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 14/06/1972 - 02/10/1972
- Géricault, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 10/10/1991 - 06/01/1992
- Notice des dessins, cartons, pastels, miniatures et émaux exposés dans les salles du 1er et 2ème étage au musée national du Louvre [Ecole française de Aubry à Leprince], Paris, Musée du Louvre, 1869 - 1900
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances