Le Christ au milieu des croix

Numéro d’inventaire
RF 41625, Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.31, p.100
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
ORSI Lelio (vers 1511-1587)
Ecole lombarde

description

Dénomination / Titre
Le Christ au milieu des croix
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce dessin, sans doute à identifier avec celui cité dans l'inventaire des collections de la famille Gonzaga à Novellara, en 1770 (voir G. Campori, 'Raccolta di cataloghi ed inventari inediti di quadri, statue, disegni, bronzi, dorerie, smalti, medaglie, avori ecc. dal secolo XV al sec. XIX', Modène, 1870, p. 665), a été retrouvé sur le marché de l'art en 1988 (voir C. Monbeig Goguel, 'Le dessin du Christ avec les croix retrouvé', dans 'Lelio Orsi e la cultura del suo tempo', actes du colloque (Reggio Emilia, Novellara, 1988), Bologna, 1990, p. 79-93), bien que connu par une photographie (Florence, Kunsthistorische Institut). L'iconographie de ce dessin, particulièrement complexe, a été l'objet d'un article de J. Hoffman ('Lelio Orsi and Thomas à Kempis' Imitatio Christi', in Arte Cristiana, LXXII (1984), p. 135-142) qui en a identifié la source dans 'L'Imitatio Christi' de Thomas de Kempis, un texte religieux publié en 1415, traduit et diffusé au XVIe siècle. Le texte contient l'invitation à partager les tourments et le sacrifice du Christ, dont la croix est le symbole. Dans les dessin, les croix qui entourent le Christ sont la personnification des souffrances de l'homme et lui sont indispensables pour obtenir la rédemption. Selon le même auteur (Ibidem, p. 141) la structure de la composition est redevable d'une géometrie visuelle qui s'inspire des planches illustrant le traité 'Geometria et Perspectiva', publié en 1567 par Lorenz Storr, dans lesquelles les éléments naturels sont remplacés par des formes géometriques ; de la même manière, notre dessin pourrait représenter la 'Prière au Jardin des Oliviers', dont au paysage se substituent les croix qui sont multipliées presque à l'infini. Selon M. R. Bentini, ('Lelio Orsi alla Corte Gonzaga di Novellara. Una proposta per il "Cristo tra le croci"', in Il Carrobbio, XXII (1986), p. 34-48) le sujet repondrait plutôt à un programme iconographique précis developpé à la cour Gonzaga de Novellara par les jésuites. Cela trouverait explication par la rélation entre Barbara, épouse de Camillo Gonzaga, et San Carlo Borromeo dont elle était la cousine. Le dessin a servi de modèle à une composition peinte (non localisée, voir F. Frisoni, dans cat. exp. Lelio Orsi (1511-1587), dipinti e disegni, Reggio Emilia, Teatro Valli, 1987-1988, p. 188-190 n° 161) dans laquelle les personnages sont reduits au Christ et à l'ange. D'autres peintures analogues ou similaires sont conservées à Naples (Gallerie Nazionali di Capodimonte, inv. 1085C, fidèle à notre dessin) et dans une collection particulière (repr. dans F. Frisoni, op. cit. n° 161d). Voir aussi : Catalogue vente Ader Picard Tajan, 'Importants Dessins Anciens', Paris, Nouveau Drouot, 1988, p. 49 n° 167 ; F. Viatte, 'Christ avec les croix', in Revue du Louvre, 5/6 (1988), p. 427, repr. fig. 9 ; cat. exp. Exposition des nouvelles acquisitions du Département des Arts Graphiques de 1984-1989, XCVème exposition du Cabinet des Dessins, Paris, Musée du Louvre, 1990, p. 19 n° 2.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,39 m ; L. 0,284 m
Matière et technique
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc, sur tracé préparatoire à la pierre noire. Traces de mise au carreau à la pierre noire. Angle inférieur droit déchiré. Collé en plein.

Données historiques

Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
1988

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

Expositions

- Acquisitions 1984 - 1989 : 96e exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 31/05/1990 - 27/08/1990
- dessins/frontières/dessins, Paris, Musée du Louvre, 07/11/2007 - 04/02/2008
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances