Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 1/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 2/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 3/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 4/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 1/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 2/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 3/4
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits, image 4/4
Télécharger
Suivant
Précédent

Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits

REC 141, Recto
Département des Arts graphiques
Œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée par l'office des biens et intérêts privés (OBIP); en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. Consulter la base de données ministérielle Rose Valland consacrée aux œuvres dites MNR (Musées nationaux récupération).
Numéro d’inventaire
REC 141, Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins provenant de la Commission de récupération
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Ostade, Isaack van (1621-1649)
Ecole hollandaise

description

Dénomination / Titre
Paysan derrière une palissade, penché au dessus d'un puits
Description / Décor
Commentaire :
E. Starcky, Musée du Louvre, Cabinet des Dessins - Inventaire général des dessins des écoles du nord - Ecoles allemande, des Anciens Pays-Bas, flamande, hollandaise et suisse XVe-XVIIIe siècles - Supplément aux inventaires publiés par Frits Lugt et Louis Demonts, Paris, 1988, n° 265.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,117 m ; L. 0,176 m
Matière et technique
Plume et encre brune, aquarelle sur traits à la mine de plomb. Filigrane dragon. Feuille gondolée dans la partie supérieure ; piqûres.
Au verso, à la plume : « N° 676 » et cachet de la Landesgalerie de Salzbourg.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Au verso du dessin, à la plume : 'N° 676' (Lugt 2986b) : Jacob Helmolt (Groningue, 1747- Haarlem, 1808), (catalogue manuscrit de la vente des dessins de la collection Helmolt, 1808, décembre, Amsterdam, Roos, Yd 1102, in-4°) ; et cachet de la Landesgalerie de Salzbourg. Au verso du montage, au crayon rouge : '8 Vienne 176' et à la mine de plomb : 'Lg Inv n° 414' et '1276'.
Le numéro au verso de la feuille renvoie au collectionneur Jacob Helmolt (1747- 1808), notable de la ville de Haarlem, connu pour sa collection d'estampes et de dessins néerlandais des 17e et 18e siècles. Après sa mort, ses 1500 dessins sont dispersés en quatre ventes publiques aux Pays-Bas entre 1808 et 1817. Le dessin réapparait à Paris pendant l'Occupation entre les mains de Rudolf Holzapfel (1900-1982), marchand d'art britannique et actif revendeur auprès des nazis, demeurant à Paris XVIe, au 45 avenue de Peupliers, villa Montmorency. Celui-ci vend le dessin pour 750 RM le 15 octobre 1941 à Friedrich Welz (1903-1980) qui travaillait pour le compte de la Landesgalerie à Salzbourg (Autriche), créée sous le régime nazi. A partir de 1940, Welz constitue l'essentiel de cette collection auprès de marchands parisiens. De 1942 à 1944, il devient directeur de l'institution qui disparaît en 1945. Le dessin porte le numéro 414, dans la liste des acquisitions faites par Friedrich Welz pour le compte de la Landesgalerie de Salzbourg dont il porte le cachet au verso. Il figure sur les « Eléments des inventaires d'acquisitions faites en 1940-43 par M. F. Welz au nom de la Landesgalerie » (Ministère des Affaires étrangères, carton 576/R27) comme étant provisoirement déposé à l'Albertina en 1942. Il est transféré en 1943 dans la maison privée de Friedrich Welz à Sankt Gilgen (environ 30 km à l'est de Salzbourg). Face à l'évolution des événements, quelque 8 mois avant l'arrivée des troupes américaines, le dessin est revendu le 11 juillet 1944 pour la somme de 2000 RM à un particulier, le Docteur Rudolf Peyrer Heimstätt (1893-1967). L'inventaire de la Landesgalerie de Salzburg mentionne que ce dessin a été détruit dans un bombardement le 17 novembre 1944, conformément à la déclaration que fit le docteur Peyrer aux Américains en 1947. Le quartier salzbourgeois où habitait le docteur Peyrer a effectivement été bombardé ce jour-là. Le dessin a été retrouvé en 1950 au domicile de sa fille connue comme actrice, Mlle Eva Peyrer (1924-2014) par la section « réparations-restitutions » de l'Office central des biens et intérêts privés. Le dessin est renvoyé à Paris par le 8e convoi de Vienne, arrivé au siège de la C.R.A., le 20 décembre 1950. Déballage du chargement le 2 mars 1951, le dessin figure sous le numéro de Vienne 76/13, sous le numéro du CCP 176 et celui de l'OBIP 276, il est retenu à la 6è Commission de choix (29 mai 1951) sous le numéro d'ordre 176 et le numéro allemand : 76/13. Il est attribué au musée du Louvre par arrêté du ministre de l'Education nationale du 13 août 1951.
Pour consulter la base des MNR (Musées nationaux Récupération), adresse du site Rose-Valland : www.culture.gouv.fr/public/mistral/mnrbis_fr
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Peyrer, Eva
Date d’acquisition
1951

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format

L'œuvre est visible sur rendez-vous en salle de consultation des Arts graphiques.

Expositions

- Espace de découverte des techniques et des gestes 2020 Ecoles du Nord
Etape :
Musée du Louvre, Paris, France - 12 février - 08 juin 2020
- Présentation des oeuvres récupérées après le Seconde Guerre mondiale et confiées à la garde des musées nationaux
Etape :
Musée du Louvre, Paris, France - 08 avril - 05 mai 1997
Dernière mise à jour le 05.03.2024
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances