Etude de femme

Numéro d’inventaire
RF 34544, Verso
Numéros de catalogues :
Inv. français, t. XIII B 2088
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Prud'hon, Pierre-Paul (1758-1823)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Etude de femme
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Etude portée au verso de l''Etude de jeune homme (étude pour 'Le Rêve du bonheur', tableau de Constance Mayer, Salon de 1819). (S. Laveissière, Musée du Louvre, Cabinet des dessins - Inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, 1997, R.M.N., n° 2088, p. 578, 579)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,435 m ; L. 0,585 m
Matière et technique
Papier bleu.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Charles-P. Le Boulanger de Boisfremont (L. 353) ; vente de sa fille, Mme Power, Paris, 15-16 avril 1864, n°71, adjugé 250 fr. à Taigny - Vente Laperlier, Paris, 11-13 avril 1867, n° 98, adjugé 165 frs. - 1ère vente Marquis de Biron, Paris, Galerie Georges Petit, 9-11 juin 1914, n° 46, repr. face p. 47, adjugé 10500 frs. à César de Poix (le catalogue le dit à tort provenir de la vente Boisfremont fils, Paris, 9 avril 1870, n° 53, ce qui désigne en fait un autre dessin : une académie d'homme sans rapport avec 'Le Rêve du bonheur', conservée au Fogg Art Museum, Cambridge, Inv. 1943.888) ; princesse de Poix ; vicomte Charles de Noailles, son fils (1891-1981) ; legs en souvenir de la vicomtesse de Noailles en 1971, sous réserve d'usufruit ; entré en 1983 ; marque du Louvre (L. 1886 a). Vu au récolement le 22/10/2018 en Réserve des pièces encadrées, marqué sur étiquette (C35 Réserve des pièces encadrées, G. Masson et Ch. Winling).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Noailles, vicomte Charles de
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1983

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Nouvelle réserve des pièces encadrées
Dernière mise à jour le 10.05.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances