28 juin 1848 (1849), Barbizon, à Alfred Sensier

vers 1848/1849
Numéro d’inventaire
A 1709, Recto
Numéros de catalogues :
Inventaire Autographes C 1709
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures, collection du musée d'Orsay
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Millet, Jean Francois (1814-1875)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
28 juin 1848 (1849), Barbizon, à Alfred Sensier
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
'Il vient de louer avec Charles Jacque une maison à Barbizon : 'Somme toutes, nous avons le désir de rester ici quelque temps.' Copie par Moreau-Nélaton, AR 40 p. 1 ; 2 pp. in-8°.' (V. de Chillaz, 'Musée du Louvre, Département des arts graphiques, Musée d'Orsay, inventaire général des autographes', Paris, RMN, 1997, Aut. 1709, p. 231.)
L'adresse est reportée sur la lettre. Jusqu'en 1862, Jean-François Millet n'indique ni date ni lieu en tête de ses lettres. Les indications entre crochets sont des indications d'Alfred Sensier ou d'Etienne Moreau-Nélaton. Fait partie d'un ensemble de sept cent huit lettres adressées à Alfred Sensier, Théodore Rousseau, Frédéric Hartmann et divers (1848 à 1876) (Aut 1708 à Aut 2341).
Lettre présentée dans les ouvrages suivants : Sensier, 1881, p. 116, repr. - Moreau-Nélaton, 1921, I, p. 80.

Caractéristiques matérielles

Matière et technique
Lettre autographe signée, deux pages in-8°, adresse

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1848/1849

Données historiques

Historique de l'œuvre
Etienne Moreau-Nélaton ; legs en 1927.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Moreau-Nélaton, Etienne
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1927

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des autographes
Réserve des autographes : cote BSb12L2

Expositions

- Dessins de Jean-François Millet : XXVIe exposition du Cabinet des dessins, Paris, Musée du Louvre, 07/10/1960 - 13/02/1961
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances