Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Autre Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Autre Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques
Musée du Louvre - Département des Arts Graphiques

(26 juillet 1852), (Crémieu), à Geoffroy Dechaume

1852
Daubigny, Charles-François, copie d'après
Numéro d’inventaire
A 331, Recto
Numéros de catalogues :
Inventaire Autographes C 331
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures, collection du musée d'Orsay
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Daubigny, Charles-François (1817-1878), copie d'après
Ecole française

description

Dénomination / Titre
(26 juillet 1852), (Crémieu), à Geoffroy Dechaume
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
'Il regrette que son tableau n'ait pas été acheté. Il se réjouit de revoir Corot, Steinheil et Meissonier.'
(V. de Chillaz, 'Musée du Louvre, Département des arts graphiques, Musée d'Orsay, inventaire général des autographes', Paris, RMN, 1997, Aut. 331, p. 80.)
Le Cabinet des Dessins possède huit volumes reliés de copies et documents divers concernant Daubigny. Le cinquième volume, dont fait partie cette lettre rassemble des copies manuscrites par Moreau-Nélaton de lettres de Daubigny à Geoffroy Dechaume (1834-1860), accompagnées de photographies des lettres originales avec croquis.

Caractéristiques matérielles

Matière et technique
Copie manuscrite d'une lettre autographe signée, trois pages in-8°.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1852

Données historiques

Historique de l'œuvre
Etienne Moreau-Nélaton ; legs en 1927.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Moreau-Nélaton, Etienne
Mode d’acquisition
legs
Date d’acquisition
1927

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des autographes
Réserve des autographes : cote AR13p35-37
Dernière mise à jour le 02.07.2019
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances