Croquis pour Déesse de la raison

1904
Numéro d’inventaire
RF 52505, Verso
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures, collection du musée d'Orsay
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
KUPKA Frantisek (1871-1957)
Ecole tchécoslovaque

description

Dénomination / Titre
Croquis pour Déesse de la raison
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Croquis pour la composition Déesse de la raison (10 brumaire, an II). La composition définitive qui se trouve au verso était destinée à une illustration du numéro spécial de l'Assiette au Beurre : Religions (n° 162, 7 mai 1904). Ce dessin a été acquis directement de l'artiste en 1919 par J. Waldes puis confisqué en 1939 par les services de la Gestapo, intégré aux collections de la Galerie nationale de Prague après 1948, réclamé par les héritiers de l'artiste et restitué officiellement en 1996 avec le reste de la collection Waldes. Il est reproduit en couleurs dans l'article de Marie-Pierre Salé, Revue 48/14, printemps 2002, p. 37

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,6 m ; L. 0,445 m
Matière et technique
Crayon et aquarelle rouge sur papier vergé Ingres (filigrane "Ingres 1871"). Mention d'un cote au crayon bleu : 0,27 haut et annotations au crayon : Rev. 62-79 (indication de récolement des collections de la Galerie nationale de Prague en 1962 et 1979)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1904

Données historiques

Historique de l'œuvre
J, Waldes (étiquette au verso : n° 1250) - Galerie nationale de Prague (cachet au verso avec l'ancien numéro d'inventaire : K 6470) - P, Meissner - Acquis grâce à la participation de L. Gianadda. Comité du 21 juin 2001. Conseil du 26 juin 2001. Arrêté du 4 juillet 2001. Ampliation du 10 juillet 2001.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Meissner, Petr
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
2001

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Grand format
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances