Circé buvant

Vers 1540
Numéro d’inventaire
4395 LR/ Recto
Anciens numéros d'inventaire :
ER 13121
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.3, p.12
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
ROSSIGLIANI Giuseppe Nicola (vers 1500/1520), gravé par
Ecole vénitienne
(Naoko Takatahate)
gravé d'après MAZZUOLA Francesco

Anciennes attributions :
CARPI Ugo da, gravé par
ANONYME ITALIEN XVIè s, gravé par
(Inventaire Edmond de Rothschild)

description

Dénomination / Titre
Circé buvant
Type d'objet
Gravure
État de l'œuvre
Épreuve du 1er état
Description / Décor
Commentaire :
Bien que 'Circé buvant 'ait été alternativement attribué à Ugo da Carpi et à Niccolò Vicentino, les encres d'imprimerie et l'histoire de l'édition des matrices gravées aident à placer la gravure dans ce second atelier. Le clair-obscur à quatre planches rend fidèlement le dessin de Parmigianino, exécuté au pinceau sur de la pierre noire avec lavis bruns et rehauts de blanc (Florence, Gallerie degli Uffizi, GDSU,n. 1972F). La fidélité de l'estampe à son modèle laisse penser que le dessin était disponible dans l'atelier de Vicentino. D'ailleurs, un graveur de cet atelier a exécuté un deuxième clair-obscur de cette composition - cette fois en deux planches (Washington, National Gallery of Art, Ailsa Mellon Bruce Fund, 1975.21.1) -, qui inclut des détails du dessin de Parmigianino absents de la présente estampe à quatre planches (Bartsch, 1811, t. 12, n° 8, p. 111). Le dessin ne portant pas de signes de report direct, les graveurs ont dû travailler à partir d'un dessin intermédiaire, par exemple à l'aide d'une 'carta lucida'.
La 'Circé buvant' à quatre planches a été imprimée avec différentes encres qui sont caractéristiques de l'atelier de Vicentino. Comme il est habituel dans les impressions de son atelier, les épaisses couches d'encres opaques ne se mélangent pas optiquement, ce qui crée des plages de couleurs étagées. La présente feuille bleu pâle compte parmi les impressions les plus réussies parce que les planches sont imprimées dans des teintes très proches, la quatrième étant bleu foncé plutôt que noire. La décoloration grise de l'encre sur les bords, particulièrement prononcée sur la bordure supérieure de la feuille, s'explique probablement par la présence de blanc de plomb. Ajouté aux encres d'impression comme siccatif pour accélérer le séchage, le blanc de plomb a également été utilisé comme colorant dans les clairs-obscurs de Vicentino.
Le motif actuel, traditionnellement décrit comme 'Circé transformant les compagnons d'Ulysse', n'illustre pas exactement le récit de l'Odyssée d'Homère. On l'a rapproché d'un poème de la Renaissance, 'Orlando innamorato' (1483), par Matteo Boiardo, lequel revisite le récit antique en imaginant une sorcière, Circella, qui métamorphose ses victimes en divers animaux (y compris un griffon ailé) et, contrairement à la Circé d'Homère, tombe amoureuse d'Ulysse après avoir bu sa propre potion magique. Étant donné la liberté avec laquelle Parmigianino interprétait ses sources, notamment dans les estampes qu'il concevait, il est difficile de se prononcer sur l'identité précise de la figure en question.
Au XVIIe siècle, Andrea Andreani a réimprimé Circé buvant en recombinant différemment les matrices des clairs-obscurs à quatre et à deux planches. Ainsi, il a imprimé la planche de trait de la Circé buvant à deux planches avec la planche la plus claire de la version à quatre planches, ajoutant son monogramme en bas à gauche. Dans une seconde variante, qui porte également son monogramme, il a imprimé la même planche de trait avec les deux planches les plus claires de la version à quatre planches. (Naoko Takahatake, dans cat. expo. 'Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens', Musée du Louvre, Paris, 17 octobre 2018 - 14 janvier 2019, p. 90 à 91, n° 24).

Bibliographie :
Bartsch, 1811, t. 12, n° 7, p. 111 ; Van Hasselt, 1965, n° 102, p. 37 ; Popham, 1971, vol. 1, p. 69 ; Trotter, 1974, p. 241-243 ; Servolini, 1977, n° 32 ; Matile, dans cat. exp. Zurich, 2003-2004, p. 143, n° 61, p. 147-148 ;Hinterding, dans cat. exp. Tokyo, 2005, n° 31, p. 51 ; Gnann, dans cat. exp. Munich et Francfort, 2007-2008, n° 56, p. 166-167 ; Rossi, dans Carpi, 2009, n° 36, p. 160-161 ; Gnann, dans cat. exp. Vienne, 2013-2014, n° 51, p. 134 (avec bibliographie complète) ; Johnson, 2016, p. 153-155 ; Takahatake, dans cat. exp. Los Angeles et Washington, 2018-2019, n° 49 et 50, p. 140-143.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,215 m ; L. 0,196 m
Matière et technique
Gravure sur bois, quatre planches de teinte bleue
État I/II
Forme
ronde

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1540

Données historiques

Historique de l'œuvre
Ambroise Firmin-Didot (1790-1876) ; sa vente, Paris, 3 mai 1877, n° 2193, achat par Louis Clément ; baron Edmond de Rothschild (1845-1934) ; don au musée du Louvre en 1935.
Œuvre conservée dans le portefeuille n°187 du baron Edmond de Rothschild jusqu'en 2018.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild

Expositions

- Gravure en clair-obscur. Cranach, Raphaël, Rubens, Paris, Musée du Louvre, 17/10/2018 - 14/01/2019
Dernière mise à jour le 28.07.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances