Moïse frappant le rocher

Numéro d’inventaire
167 DR/ Recto
Anciens numéros d'inventaire :
ER 331
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.1, p.5
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
COLLAERT Hans (Vers 1530-1581)
Ecole des anciens Pays-Bas
(Wanklyn, Georges A., 2004)

Anciennes attributions :
FLORIS Frans I
(Inventaire Edmond de Rothschild)

description

Dénomination / Titre
Moïse frappant le rocher
Type d'objet
Dessin
Description / Décor
Commentaire :
Classé parmis l'oeuvre de Frans Floris, ce dessin est aujourd'hui attribué à Hans Collaert. Ce projet était probablement destiné à décorer un grand plat de céramique peinte ou émaillée, de majolique ou de faïence cars Anvers était un des principaux centre de fabrication de majoliques. (G.A. Wanklyn, 'Chefs-d'oeuvre de la collection Edmond de Rothschild. Dessins et estampes du XVème au XVIIIème siècle', Madrid, Fundacion Juan March, 2004, p. 156 et 157).

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,388 m ; L. 0,388 m
Matière et technique
encre noire;lavis d'indigo;plume

Données historiques

Historique de l'œuvre
Ignatius Franciscus Ellinckhuysen; deuxième vente, Amsterdam, 19 novembre 1878, n°124, acquis par Thibeaudeau.
Oeuvre conservée dans le portefeuille n°VII du baron Edmond de Rothschild jusqu'en 2004.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild

Expositions

- Chefs-d'oeuvre de la collection Edmond de Rothschild. Dessins et estampes du XVème au XVIIIème siècle, Madrid, Fundacion Juan March, 06/02/2004 - 30/05/2004
- Largesse, Paris, Musée du Louvre, 20/01/1994 - 18/04/1994
- Chefs-d'oeuvre de la collection Edmond de Rothschild. Dessins et estampes du XVème au XVIIIème siècle, Paris, Musée du Louvre, 07/10/2004 - 10/01/2005
Dernière mise à jour le 02.11.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances