L'agréable surprise

BONNET Louis Marin, gravé par
Numéro d’inventaire
19101 LR/ Recto
Anciens numéros d'inventaire :
ER 19652
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.8, p.54
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
BONNET Louis Marin (1736-1793), gravé par
Ecole française
gravé d'après BOUCHER François

description

Dénomination / Titre
L'agréable surprise
Type d'objet
Gravure
Description / Décor
Commentaire :
Cette estampe fait partie d'une suite de neuf pièces dont sept sont conservées à la Collection Edmond de Rotschild ; manquent les n° 184 et 190. Impression en manière de crayon noir au premier tirage et en sanguine ensuite. Gravé à l'eau-forte, même sens, par Huquier, n° 5 du 'Quatrième Livre de Sujets et Pastorales (18649 L.R.) et par Daullé la 'Bergère endormie' (18488 L.R.) ; également avec quelques variantes par Demarteau, en manière de crayon, le 'Sommeil d'Annette', n° 172 (19274 et 19275 L.R.). (in Jean-Richard Pierrette, Inventaire général des gravures de l'école française, 'L'Oeuvre gravé de François Boucher dans la Collection Edmond de Rothschild', Edition des Musées Nationaux, Paris, 1978, p. 120, n° 378.)
Herold, 1935, p. 122, n° 189.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,364 m ; L. 0,289 m
Dimensions au trait carré : H. 0,277 m ; L. 0,226 m
Dimensions au coup de planche : H. 0,336 m ; L. 0,258 m
Matière et technique
Mesure au 6e trait carré.
Signée sous le dernier trait carré : à gauche, 'F. Boucher inven.' - à droite, 'L. Bonnet Sculp.'
Sous le titre : 'Tiré du Cabinet de Monsieur S. D*** A Paris, chez Bonnet, rue St. Jacques au coin de celle du Platre.'
En haut à droite : 'N° 189.'

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances