Costume de magicien pour Le Mariage forcé (?)

Vers 1663
Numéro d’inventaire
1674 DR/ Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.1, p.14
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
GISSEY Henri (1621-1673)
Ecole française

Anciennes attributions :
ANONYME FRANCAIS
(Inventaire Edmond de Rothschild)

description

Dénomination / Titre
Costume de magicien pour Le Mariage forcé (?)
Costumes des Fêtes, Mascarades. Théâtres, etc., de Louis XIV
Type d'objet
Dessin
Description / Décor
Commentaire :
Malgré un travail de découpage, nous privant aujourd'hui d'éventuelles annotations et de mieux l'apprécier, ce projet de la main de Gissey témoigne, par la virtuosité de son trait, des qualités de l'artiste. Au moment de sa création, celles-ci auraient été déjà reconnues lors du grand carrousel organisé en 1662 à Paris, entre le Louvre et les Tuileries. C'est en effet à cette époque qu'il convient de situer ce modèle de costume pour un magicien.
Comme l'a proposé Marie-Françoise Christout, la représentation qu'il livre correspond à la description fournie par le livret du Mariage forcé, première comédie-ballet de Molière et Lully, donnée au palais du Louvre à partir du 29 janvier 1664. À la fin de l'acte II, Sganarelle, après avoir subi les moqueries des diseuses de bonne aventure, consulte un magicien pour savoir « s'il sera heureux en son mariage ». Son interlocuteur lui répond qu'il s'agit « de grands mystères que ces sortes d'affaires » et qu'il va, « pour cela », par ses « charmes profonds faire venir quatre démons », lesquels déçoivent Sganarelle par « les cornes » qu'ils lui adressent .
Le personnage brandit d'une main une baguette vers laquelle il se tourne, et tient de l'autre une torche transpercée par un couteau. Des serpents s'enroulent autour de ses bras. Le masque est surmonté d'un bonnet, sur lequel est posé un sablier d'où s'échappent des feux de Bengale. Des mascarons couvrent ses épaules et encadrent un crâne de bélier qu'il arbore sur sa poitrine, tandis qu'à sa ceinture pendent deux visages humains interrogateurs qui viennent prolonger l'illusion et compléter ainsi un choix judicieux de masques. J. de La Gorce in cat. exp. 'Masques, mascarades, mascarons', Paris, Musée du Louvre, 2014, p. 220, n°44)

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,265 m ; L. 0,207 m
Matière et technique
Plume et encre noire, aquarelle avec des traces de pierre noire. Découpage collé sur une feuille

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1663

Données historiques

Historique de l'œuvre
Claude Pioche sieur du Rondray, 1733; Gilbert Paignon-Dijonval, 1810; Charles-Gilbert, Vicomte de Morel-Vindé, sa vente, 1819; Samuel Woodburn, Londres ; Colnaghi ; acquis par Danlos pour Edmond de Rothschild en 1889 ; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil de dessins : Costumes des Fêtes, Mascarades. Théâtres, etc., de Louis XIV - Tome II - 1604 DR à 1695 DR

Expositions

- Masques, mascarades, mascarons, Paris, Musée du Louvre, 19/06/2014 - 22/09/2014
Dernière mise à jour le 29.01.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances