Arabesques avec deux satyres enchaînés et deux chimères

PEREGRINO DA CESENA, attribué à
Numéro d’inventaire
25 Ni/ Recto
Anciens numéros d'inventaire :
ER 3132
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.9, p.13
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
PEREGRINO DA CESENA (Actif vers 1490/1520), attribué à
Ecole bolonaise
(Blum, André, 1950)

Anciennes attributions :
PEREGRINO DA CESENA
(Inventaire Edmond de Rothschild)
NICOLETTO DA MODENA
(J. D. Passavant)

description

Dénomination / Titre
Arabesques avec deux satyres enchaînés et deux chimères
Type d'objet
Gravure
Description / Décor
Commentaire :
Ce nielle fut donné par Passavant à Nicoletto da Modena. Il existe deux épreuves supplémentaires, une conservée à la Bibliothèque Nationale de France (Ea 27 rés. p. 44. Cl. 96 A 74411) que G. Lambert attribue à Peregrino da Cesena ('Les premières gravures italiennes. Quattrocento début du cinquecento', Bibliothèque nationale de France, Paris, 1999, p. 33, n°112) et une deuxième conservée au British Museum. A. Blum classe ce nielle parmi les attribués à Peregrino, ('Les nielles du Quattrocento', Musée du Louvre, Cabinet d'estampes Edmond de Rothschild, Paris, Compagnie des Arts photomécaniques, 1950, p. 24, n°98).
Pass.116 ; Duch.355 ; Dutuit 611

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,083 m ; L. 0,049 m
Dimensions au trait carré : H. 0,081 m ; L. 0,047 m
Matière et technique
nielle

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collection E. Santarelli, sa vente, Leipzig, 27 novembre 1871, n°2589.
Epreuve montée sur un carton historique de la collection du baron E. de Rothschild.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Nielles Tome II (23 Ni. à 38 Ni.)
L 3 LR
Dernière mise à jour le 29.08.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances