Les Petites misères de la Guerre : L'Hôpital

CALLOT Jacques, gravé par
Numéro d’inventaire
L 44 LR/535 Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
CALLOT Jacques (vers 1592-1635), gravé par
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Les Petites misères de la Guerre : L'Hôpital
Type d'objet
Gravure
État de l'œuvre
Épreuve du 2e état
Description / Décor
Commentaire :
Cette estampe fait partie de la série inachevée de six pièces gravée par Callot, les 'Petites misères'. Elles ont été tirées après la mort de l'artiste. Israël Henriet les acheta y écrivit son excudit et fit graver le frontispice par Abraham Bosse. Les sept cuivres (six pièces de Callot et une de Bosse) sont conservés au musée lorrain de Nancy. Il s'agit du deuxième état sur deux car elle porte une inscription en bas à gauche contrairement au premier état. Cette composition a été développée dans le numéro quinze des 'Grandes misères'.('Jacques Callot', Catalogue de l'œuvre gravé, Paris, Editions de la Gazette des Beaux-Arts, 1927, vol III, p. 69 et 70, n° 1338). Meaume 563
Description de l'album :
Relié en demi-maroquin rouge à coins. Ex-libris du baron James Mayer de Rothschild sur le contreplat devant.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,053 m ; L. 0,115 m
Dimensions au trait carré : H. 0,052 m ; L. 0,114 m
Matière et technique
Eau-forte. Numérotée en bas à gauche : '6' et signée en bas au milieu 'Israel. excud. cum priuil. Reg.'

Données historiques

Historique de l'œuvre
Acquis par James Mayer de Rothschild en 1856; legs à Edmond James de Rothschild; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Callot Jacques -4-
L 44 LR
Folio 27
rapporté au recto
Dernière mise à jour le 29.08.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances