Les martyrs du Japon

CALLOT Jacques, gravé par
Numéro d’inventaire
L 41 LR/160 Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
CALLOT Jacques (vers 1592-1635), gravé par
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Les martyrs du Japon
Mélanges et sujets religieux autres que ceux de l'Ancien et du Nouveau Testament
Type d'objet
Gravure
État de l'œuvre
Épreuve du 1er état
Description / Décor
Commentaire :
Il s'agit du 1er état sur 2. Jacques Callot a été chargé de réaliser cette gravure commémorant la mort de vingt-trois franciscains au Japon, martyrisés à Nagasaki vers 1597.
Lieure, J, 'Jacques Callot', Catalogue de l'œuvre gravé, Paris, Editions de la Gazette des Beaux-Arts, 1927, vol II, p.88, n°594.
Description de l'album :
Relié en demi-maroquin rouge à coins. Ex-libris du baron James Mayer de Rothschild sur le contreplat devant.
H : 00,470 m
L : 00,345 m
D : 00,047 m
Livre ouvert : 00,654 m

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,168 m ; L. 0,113 m
Dimensions au trait carré : H. 0,158 m ; L. 0,111 m
Matière et technique
Eau-forte. En bas à gauche dans le trait carré est gravé dans l'image: ' Callot fec.'. En dessous dans la marge et en dehors du trait carré est gravé: ' Le Pourtraict des premier 23 Martire mis en Croix par la predicaon. de la S. foy au Giappon / soubs l'Empe Taicosam en la Cité de Mongasachi, de lordre des freres mineurs Obseruantin de S. Francois. '.

Données historiques

Historique de l'œuvre
Acquis par James Mayer de Rothschild en 1856; legs à Edmond James de Rothschild; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Callot Jacques -1-
L 41 LR
Folio 68
rapporté au recto

Index

Lieux
Personnes
Techniques
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances