Le Sauveur du monde

Vers 1609/1612
CALLOT Jacques, gravé par
Numéro d’inventaire
L 41 LR/174 Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
CALLOT Jacques (vers 1592-1635), gravé par
Ecole française
gravé d'après ANONYME ITALIEN XVIIè s

description

Dénomination / Titre
Le Sauveur du monde
Les Tableaux de Rome
Type d'objet
Gravure
État de l'œuvre
Épreuve du 2e état
Description / Décor
Commentaire :
Il s'agit du 2ème état sur 3. Cette estampe fait partie d'une suite réalisée par Jacques Callot lors de son apprentissage chez le graveur Philippe Thomassin (1562-1622) lors de son séjour à Rome avant de gagner Florence en 1611/1612.
Lieure, J, 'Jacques Callot', Catalogue de l'œuvre gravé, Paris, Editions de la Gazette des Beaux-Arts, 1927, vol I, p.8-9, n°18.
Description de l'album :
Relié en demi-maroquin rouge à coins. Ex-libris du baron James Mayer de Rothschild sur le contreplat devant.
H : 00,470 m
L : 00,345 m
D : 00,047 m
Livre ouvert : 00,654 m

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Dimensions à la feuille : H. 0,116 m ; L. 0,088 m
Dimensions au trait carré : H. 0,109 m ; L. 0,083 m
Matière et technique
Burin. La lettre est gravée. En bas dans le coin gauche de l'estampe et dans le trait carré est gravé: ' I. Callot fecit '. Puis en dessous du Christ, en dehors du trait carré et dans une marge réduite est gravé: ' SALVATOR MVNDI SALVA NOS ' puis dans le coin à droite: ' 2 '.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1609/1612

Données historiques

Historique de l'œuvre
Acquis par James Mayer de Rothschild en 1856; legs à Edmond James de Rothschild; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Callot Jacques -1-
L 41 LR
Folio 73
rapporté au recto
Dernière mise à jour le 29.08.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances