Frontiscpice des règlements des pénitents blancs de Nancy

Vers 1630
CALLOT Jacques, gravé par
Numéro d’inventaire
L 41 LR/204 Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
CALLOT Jacques (vers 1592-1635), gravé par
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Frontiscpice des règlements des pénitents blancs de Nancy
Morceaux faits pour orner les livres
Type d'objet
Gravure
Description / Décor
Commentaire :
Il s'agit d'un état unique. L'ouvrage qu'illustre ce frontispice porte le titre 'Reglement et establissement de la Compagnie des Penitents blancs de la ville de Nancy. Nancy. Antoine Charlot, 1635, in.-12.' Antoine Charlot (159.?- 1669) était un imprimeur libraire.
En bas de l'estampe, entre les deux pénitents agenouillés une croix de Malte est représentée sur le soubassement de l'autel.
Lieure, J, 'Jacques Callot', Catalogue de l'œuvre gravé, Paris, Editions de la Gazette des Beaux-Arts, 1927, vol III, p.95-96, n°1417.
Description de l'album :
Relié en demi-maroquin rouge à coins. Ex-libris du baron James Mayer de Rothschild sur le contreplat devant.
H : 00,470 m
L : 00,345 m
D : 00,047 m
Livre ouvert : 00,654 m

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,094 m ; L. 0,077 m
Matière et technique
Eau-forte. Etat unique. Sur le soubassement de l'autel, autour de la croix de malte est gravé: ' IN HOC SIGNO VINCES'.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1630

Données historiques

Historique de l'œuvre
Au verso est écrit à la main et à l'encre brune: 'P. mariette 1664'. Acquis par James Mayer de Rothschild en 1856; legs à Edmond James de Rothschild; don au musée du Louvre en 1935.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Callot Jacques -1-
L 41 LR
Folio 83
rapporté au recto
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances