Miroir à main représentant Médée et Pélias

1561
Delaune, Etienne, gravé par
Numéro d’inventaire
L 49 LR/290 Recto
Référence de l'inventaire manuscrit :
vol.9, p.8
Collection
Département des Arts graphiques
Collection Edmond de Rothschild
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Delaune, Etienne (vers 1518-1583), gravé par
Ecole française
gravé d'après PELLERIN Baptiste

description

Dénomination / Titre
Miroir à main représentant Médée et Pélias
Ecran ou miroir à main
Type d'objet
Gravure
Description / Décor
Commentaire :
Ce miroir décoré en son centre d'un épisode de l'histoire de Médée et son pendant à la Mort de Julie (Robert-Dumesnil, n°315) peuvent être mis en relation avec le reliquaire de la Sainte Croix (Florence, Palazzo Pitti, A.s.e. 1911. N. 227) commandé par Catherine de Médicis et probablement fabriqué au sein de l'atelier de l'orfèvre parisien Mathurin Lussault. Pourtant aucun de deux modèles correspond exactement au décor de l'objet. M. Bimbenet-Privat, sous la dir. de Julie Rohou, 'La Fabrique des modèles : Etienne Delaune et les arts décoratifs de la Renaissance', Musée national de la Renaissance, Ecouen, 16 octobre 2019- 3 février 2020, p. 28-29, n°3; Robert-Dumesnil 1865, IX, p. 96 ; Linzeler 1932, I, p. 280 -281; Wanklyn 1989, p. 10; Bimbenet-Privat et Le Bars 1993 ; Pollet 1995, p. 678-679, n°362 Paris 1995, p. 89, n°57; Ecouen 2009, p. 307, n° Ec. 66.
Description de l'album :
H : 00,305 m
L : 00,248 m
D : 00,046 m
Livre ouvert : 00,510 m

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,217 m ; L. 0,106 m
Matière et technique
Burin.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1561

Données historiques

Historique de l'œuvre
Provenance : Dr Roth
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
1935

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil : Delaune Etienne -3-
L 49 LR
Folio 48
rapporté au recto
Dernière mise à jour le 29.08.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances