6 janvier 1807, Udine, de M. E.M. Siauve à Alexandre Lenoir

1807
Numéro d’inventaire
A 3977, Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des autographes
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
LENOIR Fonds (1761-1839)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
6 janvier 1807, Udine, de M. E.M. Siauve à Alexandre Lenoir
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Correspondance de M. E.M. Siauve, Commissaire des guerres, 3 lettres dont une incomplète (A 3977 à 3979).
Il lui donne une série d'informations et de remarques concernant l'architecture gothique. A son avis 'l'origine de cette architecture n'a pas été indiquée d'une manière bien satisfaisante et un travail sur cette matière serait du plus grand intérêt'. Il lui fait part de ses propres découvertes dans l'antique cathédrale d'Aquilé. Mais pense que Lenoir devrait poursuivre ce travail : 'Combien je désirerais que le gouvernement vous mit à même de parcourir les principales villes de l'Europe pour remplir la mission scientifique dont je viens de vous entretenir. En attachant vos regards sur les différents monumens de l'architecture du moyen-âge vous distingueriez facilement les traces de la construction primitive à travers les restaurations qui en imposent à des hommes superficiels'.

Caractéristiques matérielles

Matière et technique
Lettre autographe signée. 7 pages.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1807

Données historiques

Historique de l'œuvre
Ensemble de dessins, gravures, livres et archives provenant de l'architecte Alexandre Lenoir (RF 52968 à RF 52995.80, A 3969 à A 3996.5, A 4005 à A 4012). Comité du 25 septembre 2003. Conseil du 1er octobre 2003. Arrêté du 13 octobre 2003. Ampliation du 24 octobre 2003.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Lenoir, Alexandre, héritiers
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
2003

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Réserve des autographes
Dernière mise à jour le 06.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances