Vénus, avec l'Amour, couronnée par un satyre, en présence des trois Grâces et de l'Abondance

Vers 1557/1570
Numéro d’inventaire
RFML.AG.2019.8.1, Recto
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
MAITRE DE FLORE (actif vers 1550/1600)
Ecole française

description

Dénomination / Titre
Vénus, avec l'Amour, couronnée par un satyre, en présence des trois Grâces et de l'Abondance
Type d'objet
Dessins
Description / Décor
Commentaire :
Ce dessin préparatoire à une composition d'une grande notoriété est un très rare exemple de l'œuvre dessiné de l'une des trois grandes personnalités italiennes de la première école de Fontainebleau sous Henri II, Charles IX et Henri III : le Maître de Flore. L'on connaît deux copies peintes et une copie dessinée du XVIe siècle : toile, 106 x 123 cm., vente Paris, Hôtel Drouot, Piasa 26 mars 2010 n° 98 , antérieurement, Paris Galerie François Heim ; 203 cm x 160 cm., vente Paris, Hôtel Drouot, 27 avril 1989, comme suiveur d'Ambroise Dubois ; Teylers Museum à Haarlem qui a été attribuée par le passé à Nicolo dell'Abate, au graveur Giulio Bonasone ou au peintre bolonais Prospero Fontana, (Inv. B 026, sanguine. H. 281 mm ; L. 265 mm). Deux des figures du dessin du Maître de Flore ont été réutilisées par un peintre de l'école de Fontainebleau, dans un Triomphe de la Chasteté conservé au Fine Arts Museum de San Francisco ( toile, 87.6 x 121.3 cm, Inv. 1967.3 ) et dont le style est proche de celui d'Henri Lerambert à ses débuts, dans l'entourage de Primatice. A la suite d'observations formulées par René Huyghe, Charles Sterling a donné ce nom à un peintre italien actif à Fontainebleau à partir de 1550 environ, dont il a réuni des œuvres autour d'une Flore (en fait une Vénus et l'Amour) conservée au Fine Arts Museum de San Francisco. Typique du maniérisme italianisant pratiqué par les artistes actifs à la cour de France à cette époque, de leur sens exceptionnel pour traiter les thèmes mythologiques héroïsés et élégamment érotisés, le style de ce peintre est proche de celui de Francesco Primaticcio, dit Primatice, et de Nicolò dell'Abate, sans pouvoir être confondu avec le leur, malgré une qualité équivalente. Il ne peut être confondu, comme on l'a suggéré parfois, avec Jean Cousin le Fils, ni, sans doute, avec certains des peintres bellifontains actifs au château d'Ancy-le-Franc. Même si Sylvie Béguin n'excluait pas qu'il puisse s'agir de Ruggiero de' Ruggieri ou de Giulio Camillo dell'Abate, son identité reste inconnue. En tant que dessinateur, il est, dans la seconde moitié du XVIe siècle, le plus valeureux des artistes de Fontainebleau avec Primatice et Nicolò dell'Abate. Hormis celle présentée ici, la seule feuille que l'on peut intégrer sans réserve au groupe d'oeuvres réunies sous le nom du Maître de Flore est celle conservée à New York, à la Pierpont Morgan Library, représentant Céphale et Procris (purchased on the Fellows Fund, with the special assistance of Miss Alice Tully, Miss Julia P. Wightman, and the Thorne Foundation. 1978.34).
Dominique Cordellier, 'Un dessin du Maître de Flore chef-d'oeuvre de la Première Ecole de Fontainebleau' in Grande Galerie, été 2019, n°48, pp. 16-17, repr.
Dominique Cordellier, Acquisitions 2018-2019, dans La Revue des musées de France, Revue du Louvre, 2020, n° 2, notice 88, p. 39.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
H. 0,29 m ; L. 0,235 m
Matière et technique
Pierre noire, rehauts de gouache blanche sur papier beige. Au verso, annotation et paraphe de François de la Noüe, et plus haut sur la feuille, numérotation huit vingt vii (façon ancienne d'écrire 167) et paraphe, sans doute celui d'Aubin de la Noüe, demi-frère de François de la Noüe.

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Vers 1557/1570

Données historiques

Historique de l'œuvre
François de la Noüe (mort en 1656), un des plus importants collectionneurs d'œuvres de l'école de Fontainebleau ; Aubin de la Noüe, demi-frère de François de la Noüe, il hérita d'une partie des biens de ce dernier - Benjamin Peronnet, Old Master Drawings, Paris - Société des Amis du Louvre, don au Musée du Louvre. Commission des acquisitions du 6 février 2019. Conseil artistique du 13 mars 2019. Décision du 13 mars 2019.
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Dernière provenance : Société des Amis du Louvre
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
2019

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Petit format
Dernière mise à jour le 20.07.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances