RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Michel Urtado
Autre Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola
RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Michel Urtado
Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo M. Beck-Coppola

Portrait de Charles Natoire ( 1700-1777).

Inventory number
INV 30867, Recto
Former inventory number:
NIII 8340
MA 7826
Handwritten inventory reference:
vol.12, p.410
Collection
Département des Arts graphiques
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
Artist/maker / School / Artistic centre
LUNDBERG Gustaf (1695-1786)
Ecole suédoise

Description

Object name/Title
Portrait de Charles Natoire ( 1700-1777).
Type of object
Dessins
Description/Features
Commentaire :
Morceau de réception à l'Académie Royale de peinture le 28 janvier 1741 avec le portrait de Boucher, INV 30868. (Geneviève Monnier, Inventaire des Collections Publiques Françaises, Pastels des XVIIe et XVIIIe siècles, Musée du Louvre, 1972, n° 84. Neil Jeffares donne ce pastel à Gustaf Lundberg, portrait de Charles Natoire (1700-1777), peintre (Dictionary of pastellists before 1800, Londres, 2006, p. 399). Ce pastel et le portrait de François Boucher (INV 30868) ont été copiés à l'huile sur toile par Tadeusz Kuntz (1733-1793) en 1756 et sont conservés au château de Wilanów en Pologne (inv. 1725 pour Natoire, inv. 1846 pour Boucher). Le portrait de Natoire a été gravé (Stockholm, Nationalmuseum, collection de l'institut Tessin à Paris), copié à l'huile sur toile par Pierre Joseph Célestin François (1759-1851) avant 1793, date à laquelle l'œuvre est citée dans l'inventaire de la collection de l'Académie royale de peinture et de sculpture (A.N., F17 12674, no 640). Une copie au pastel signée « A. Bun » a été vendue à l'hôtel Drouot à Paris le 12 juillet 2016 (Me Le Floc'h, lot 91, repr. 0,635 × 0,495 m). Deux copies au pastel du portrait de Boucher sont répertoriées : l'une conservée au Nationalmuseum à Stockholm (inv. NMB 485.0,59 × 0,49 m), l'autre vendue à Poitiers le 2 mai 2012 (Me Segeron) puis à Chinon le 10 septembre 2014 (Me Herbelin, lot 114, repr.0,64 × 0,525 m). Formé à Stockholm par le peintre de cour David von Krafft, Gustaf Lundberg se perfectionna ensuite à Paris à partir de 1717 auprès de Pierre Jacques Cazes et des maîtres portraitistes Nicolas de Largillierre, Hyacinthe Rigaud et François de Troy. Le séjour parisien de Rosalba Carriera en 1720-1721 fut également déterminant pour sa pratique du pastel, le jeune Suédois regardant avec la plus grande attention les œuvres de la Vénitienne. La protection du diplomate Niclas Peter von Gedda, proche de Stanislas Leszczynski, lui permit de fixer les traits de Marie Leszczynska dès 1725 et de livrer un portrait de Louis XV inspiré d'un modèle de Jean-Baptiste Van Loo. Vers 1730, il travaillait à nouveau pour la famille royale (Salmon, 1997, p. 109-114). Ses œuvres ayant donné toute satisfaction, Lundberg put se prévaloir en 1740 du soutien du roi et de celui de Carl Gustaf Tessin, alors ambassadeur du roi de Suède à Paris, lorsqu'il décida de briguer la position de membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture. Le règlement de la prestigieuse Compagnie en interdisait l'accès aux artistes de religion réformée. Aussi dut-il bénéficier de soutiens influents. Philibert Orry,le contrôleur général des Bâtiments, intervint auprès de l'Académie pour rappeler qu'elle avait déjà fait un précédent en recevant en 1717 le miniaturiste protestant Charles Boit. Le directeur Nicolas de Largillierre lui répondit que l'Assemblée s'était alors soumise aux ordres du Régent et que, « toujours soumise aux intentions de Sa Majesté », elle recevrait le sieur « Luneberk » avec plaisir si le contrôleur général jugeait à propos d'en obtenir l'ordre du roi. À l'occasion de la séance du 28 janvier 1741, les académiciens prenaient connaissance de la décision de Louis XV : « Informé du mérite du sieur Lundberg, son intention étoit qu'il fut reçu comme Etranger quoique de la Religion prétendue réformée, et cela sans tirer à conséquence » (cité par Ratouis de Limay, 1946, p. 123). Aussitôt, « toujours soumise aux intentions de Sa Majesté », l'Académie agréait Lundberg comme étranger. Un mois après, Largillierre lui demandait comme morceaux de réception les portraits de François Boucher et de Charles Natoire. Afin de respecter les délais d'exécution accordés,Lundberg peignit rapidement les deux oeuvres et les soumit lors de la séance du 23 février 1742. D'une indéniable habileté dans le dessin et dans le modelé, d'une réelle intensité d'expression et d'un coloris sobre, ainsi que le soulignait Ratouis de Limay, les pastels ouvraient à leur auteur la reconnaissance espérée. Exposé au Salon de 1743, le portrait de Boucher était favorablement accueilli. Avec son pendant décrivant l'épouse du peintre, il était cité par le Mercure de France (septembre 1743, p. 2043-2060) comme ayant suscité beaucoup d'éloges de la part du public. Dans les Observations sur les écrits modernes (XXXIV, Paris, 1743, p. 48), sans doute l'abbé Pierre François Guyot Desfontaines notait également que les portraits du pastelliste étaient d'une bonne touche et que l'on y remarquait principalement des tons agréables dans les mains et une couleur fraîche qui plaisait beaucoup. Tout ostentatoire à la fois dans son attitude d'artiste à la renommée désormais assurée, Boucher paraissait aussi, selon les mots d'André Michel (cité par Jean-Richard, 1971, p. 104), l'œil bien ouvert mais un peu battu et gardant l'empreinte des soirées de plaisir au moins autant que des journées de travail. D'un tempérament plus modeste, Natoire était figuré avec plus de simplicité, tenant un carton à dessins. Les deux pastels sont d'une technique presque picturale où la matière colorée semble posée en touches larges, épaisses et souples,chargées en eau et où les blancs ont en partie été peints à la gouache. Ils sont caractéristiques de cette douceur, de cette luminosité et de ce mélange subtil des tons qui marquent certaines des œuvres les plus psychologiques de la période parisienne (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 103, p. 218- 222). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 103.

Physical characteristics

Dimensions
H. 0,65 m ; L. 0,5 m
Materials and techniques
Pastel sur papier bleu préparé avec une matière légèrement granuleuse puis marouflé sur toile tendue sur châssis. La toile a été clouée sur le châssis, puis la feuille de papier bleu a été marouflée en l'incisant régulièrement sur tout le pourtour afin de faciliter l'encollage.
Mesures du cadre : H : 00,960; L : 00,73 et profondeur : 00,08. Etiquette sur le revers du cadre Musée Carnavalet.

History

Object history
Demandé comme morceau de réception à l'Académie royale de peinture et de sculpture en février 1741 avec le portrait au pastel figurant François Boucher (cat. 104) après que l'artiste eut été agréé lors de la séance du 28 janvier 1741. Accepté lors de la séance du 23 février 1742 au cours de laquelle Lundberg est officiellement reçu. Collection de l'Académie au palais du Louvre. Saisie révolutionnaire (no 419 de l'inventaire de l'an II, sous le nom de Landeberg. A.N., F17 12674. Fontaine, 1910, p. 184). Le pastel est présent au musée du Louvre en 1811. Il est inscrit sur l'inventaire par Morel d'Arleux avant 1827 sous le numéro 7834 comme « Lundberg. Portrait de Charles Natoire. Portrait de François Boucher. Ils sont tous deux peints au Pastel, et ont été Exposés En 1811, sous les nos 459 et 460. Ancienne collection » (A.N., 1 DD 38, t. VI, p. 1 000). L'oeuvre est alors exposée dans la galerie d'Apollon. Restauré en 2014 (décadrage,dépoussiérage de la toile de marouflage, élimination mécanique des moisissures,réencadrement dans un cadre emboîtant).

Inventaire du musée Napoléon :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.6, p.998, chap. : Ecole allemande, Carton 80. (...) Num¿ro : 7826.Idem & Vieux maîtres inconnus /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 25. D¿signation des sujets : Plusieurs figures debout. Portion de dessin à la plume. Dimensions : H. 18 x L. 16cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & Remis au Musée pour être relié à l'encre /&. Signe de recollement : Vu au crayon#trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre. Cote : 1DD38 Note relative ¿ la saisie informatique : Observations : la mention de remise au musée, précisée dans la notice n ° 7700, concernerait les notices n° 7700 à 7999..

Location of object

Current location
Réserve des pastels

Exhibition history

- Pastels et miniatures du XVIIIe siècle, Paris, Musée du Louvre, 24/10/1973 - 28/05/1974
- Pastels, cartons, miniatures XVIe-XIXe siècles, Paris, Musée du Louvre, 21/06/1974 - 31/12/1974
- Pastels français XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Musée du Louvre, 31/05/1985 - 09/09/1985
- Pastels, Paris, Musée du Louvre, 27/07/1989 - 18/09/1989
- Emailleurs et pastellistes du XVIIe au XIXe siècle, Paris, Musée du Louvre, 28/04/1978 - 05/09/1978
- Présentation des collections : pastels, gouaches, aquarelles, miniatures, émaux, Paris, Musée du Louvre, 04/03/1982 - 31/12/1982
- Accrochage de pastels, Paris, Musée du Louvre, 23/06/1998 - 18/01/1999
- Présentation de pastels, Paris, Musée du Louvre, 20/04/2004 - 20/10/2004
- Pastels de l'école française, Paris, Musée du Louvre, 01/12/1992 - 30/06/1993
- L'art suédois depuis le Moyen Âge jusqu'en 1880, Paris, Musée des Arts Décoratifs, 19/04/1929 - 29/05/1929
- La Suède et Paris, Paris, Musée Carnavalet - Histoire de Paris, 01/04/1947 - 30/06/1947
- Notice des dessins, peintures, émaux et terres cuites émaillées exposés au Musée Royal dans la Galerie d'Apollon, Paris, Musée du Louvre, 1817 - 1820
- Pastels français des collections nationales et du musée La Tour de Saint-Quentin, Paris, Musée national de l'Orangerie des Tuileries, 20/05/1949 - 27/06/1949
- Notices des dessins, des peintures, des bas-reliefs et des bronzes exposés au Musée Royal, dans la galerie d'Apollon, ouverte le 6 août 1814, Paris, Musée du Louvre, 06/08/1814 - 1817
- Les artistes suédois en France au XVIIIe siècle, Versailles, Château de Versailles, 15/06/1945 - 30/09/1945
- Pastels et miniatures XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, 09/03/1965 - 11/05/1965
- Notice des dessins, peintures, émaux et terres cuites émaillées exposés au Musée Royal, dans la Galerie d'Apollon, Paris, Musée du Louvre, 1820 - 1838
- Notice des dessins, cartons, pastels, miniatures et émaux exposés dans les salles du 1er et 2ème étage au musée national du Louvre [Ecole française de Le Sueur à Anonyme, et Dessins indiens et Emaux], Paris, Musée du Louvre, 1869 - 1900
- Notices des dessins placés dans les Galeries du Musée Royal, au Louvre [Ecole française et Ecole du nord], Paris, Musée du Louvre, 1838 - 1866
- Notice des dessins, des peintures, des bas-reliefs et des bronzes exposés au Musée Napoléon, dans la Galerie d'Apollon. Notice des tableaux anciens, des trois écoles, mis dans le Salon d'Exposition de Peinture moderne, en juin de l'an 1811, Paris, Musée du Louvre, 06/1811 - 05/08/1814
- Le Pastel de l'Académie royale de peinture et sculpture, Paris, Musée du Louvre, 01/03/2002 - 27/11/2002
- Pastels, Les Morceaux de Réception, Paris, Musée du Louvre, 16/06/2000 - 18/12/2000
- Pastels, Paris, Musée du Louvre, 19/05/2010 - 06/09/2010
- Accrochage de pastels, Paris, Musée du Louvre, 01/08/1994 - 01/02/1995
- En société. Pastels du musée du Louvre XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Musée du Louvre, 06/06/2018 - 10/09/2018
Last updated on 02.02.2021
The contents of this entry do not necessarily take account of the latest data.