stèle cintrée

-664 / -332 (Basse Époque)
Lieu de découverte : grands souterrains (Sérapéum = Sérapéum de Memphis->Saqqara-Nord->Saqqara) (Dans le sable de la Chambre n° 4.)
IM 4119
Département des Antiquités égyptiennes
Numéro d’inventaire
Numéro principal : IM 4119

description

Dénomination / Titre
Dénomination : stèle cintrée
Description / Décor
Décor : scène d'adoration ; homme (devant) ; Apis (taureau) ; table d'offrandes
Inscriptions
Écriture :
hiéroglyphique
Noms et titres
Néferibrê (prêtre-oup-nétjerouy) ; Chedsounéfertoum (père, prêtre-oup-nétjerouy) ; etc

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 37,5 cm ; Largeur : 25 cm ; Epaisseur : 6,5 cm
Matière et technique
Matériau : calcaire
Technique : peinture
Couleur : rouge

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Basse Époque (-664 - -332)
Date de découverte
30 août 1852
Lieu de découverte
grands souterrains (Sérapéum = Sérapéum de Memphis->Saqqara-Nord->Saqqara) (Dans le sable de la Chambre n° 4.)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
partage après fouilles
Date d’acquisition
date de l'inscription sur l'inventaire : 1852
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Devauchelle, Didier, « Une invocation aux dieux du Sérapéum de Memphis », dans Clarysse, Willy ; Schoors, Antoon ; Willems, Harco (dir.), Egyptan Religion the Last Thousand Years. Studies Dedicated to the Memory of Jan Quaegebeur, Leuven, Peeters, 1998, p. 589-611, p. 590 note 7, 609
- Porter, Bertha ; Moss, Rosalind L.B., Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings, 3.2, Memphis. Saqqâra to Dahshûr, Oxford, Griffith Institute, Ashmolean Museum, 1979, p. 812
- Jelinková-Reymond, Eva, « Un titre saïte emprunté à l'Ancien Empire », Annales du service des antiquités de l'Égypte (ASAE), 55, 1958, p. 79-125, p. 124
Dernière mise à jour le 23.12.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances