© 1998 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Ojéda/Hubert
© 2004 Musée du Louvre /
© 2004 Musée du Louvre /
© 2004 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville
© 1998 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Ojéda/Hubert
© 2004 Musée du Louvre /
© 2004 Musée du Louvre /
© 2004 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 Musée du Louvre /
© 1998 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© 1996 Musée du Louvre /
© Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville

Ange tenant une couronne

Date de création/fabrication : 1297 - 1304
Lieu de provenance : Saint-Louis (France->Poissy->prieuré)

Actuellement visible au Louvre
Salle 203
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : ML 115
Autre numéro d'inventaire : N 15005
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Ange tenant une couronne
Titre d'usage : Ange de Poissy
Type d'objet
statue
Description / Décor

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 1,04 m ; Largeur : 0,315 m ; Profondeur : 0,265 m
Matière et technique
pierre de Vernon

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1297 - 1304
Lieu de provenance
Saint-Louis (France->Poissy->prieuré)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Exécutés à l'initiative de Philippe le Bel pour l'église du prieuré des Dominicaines Saint-Louis de Poissy qu'il avait fondé. Leur emplacement dans l'édifice demeure inconnu. L'hypothèse d'une appartenance au décor de l'entourage d'un autel est inconciliable avec l'iconographie d'un ensemble consacré de toute évidence au Jugement Dernier. Ce cycle aurait pu trouver place, peut-être, au portail ouvert à l'extrémité du bras nord du transept ou, éventuellement, au jubé. Prieuré devenu bien national à la Révolution, vendu et détruit entre 1802 et 1808. Les quatre statues du Louvre (ML 112 à 115) réapparaissent au début du XIXe siècle, abritées dans l'église collégiale Notre-Dame à Poissy (Yvelines). Cédées en 1830 par le conseil de fabrique à l'architecte Auguste Goy, chargé de la restauration de l'édifice, qui fit probablement intervenir sur les surfaces des trois statues ML 112, 113 et 115. Collection Goy, Paris. Acquis en 1852 (comité du 17 janvier 1852, arrêté du 21 février 1852).
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date de comité/commission : 17/01/1852
date de l'arrêté/décision : 21/02/1852
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [SCULPT] Salle 203 - Chartres - La sculpture gothique au 13e siècle

Bibliographie

- Joubert, Fabienne, La sculpture gothique en France (XIIe - XIIIe siècles), Paris, Picard, 2008, p. 47
- Regards sur l'art médiéval - Collections du musée du Louvre et des musées de Châlons-en-Champagne, cat. exp. (Châlons-en-Champagne, musée des beaux-arts et d'archéologie, 1er juillet 2005 - 15 janvier 2006), 2005, p. 92, n° 47
- L'art médiéval français au Louvre, cat. exp. (Niigata, musée d'art moderne de la préfecture du 10 juillet au 12 septembre 2004 et Fukuoka, musée des Beaux-arts du 28 septembre au 28 novembre 2004), 2004, n° 42
- Suckale, Robert, « Réfléxion sur la sculpture parisienne à l'époque de Saint Louis et de Philippe le Bel », Revue de l'art, 128, 2, 2000, 33-48, p. 33-48
- Gaborit, Jean-René, « Les "Anges de Poissy" », Revue du Louvre. La revue des musées de France, 4, 1998, p. 29-40, Fig.13-19
- Baron, Françoise, Musée du Louvre - Sculpture française - I - Moyen Age, Paris, 1996, p. 101
- Williamson, Paul, Gothic Sculpture, 1140-1300, New Haven-Londres, Yale University Press, 1995, p. 173, 182
- Erlande-Brandenburg, Alain, « Statues d'anges provenant de la priorale Saint-Louis de Poissy », Monuments et mémoires publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Fondation Eugène Piot, t. 69, 1988, p. 43-60,
- Erlande-Brandenburg, Alain, « A propos d'une tête d'ange provenant de la priorale de Saint-Louis de Poissy », dans Hommage à Hubert Landais : art, objets d'art, collections. Etudes sur l'art du Moyen-Age et de la Renaissance, sur l'histoire du goût et des collections., Paris, 1987, 36-38, p. 36-38
- Erlande-Brandenburg, Alain, « La priorale Saint-Louis de Poissy », Bulletin monumental, t. 129, 1971, 108-110, p. 108-110
- Saint Louis à la Sainte Chapelle, cat. exp. (Paris, Sainte-Chapelle, mai- août, 1960), Paris, 1960, p. 91, n° 185
- Aubert, Marcel ; Beaulieu, Michèle, Musée national du Louvre. Description raisonnée des Sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, t. 1, Moyen Âge, Paris, 1950, n° 117
- Vitry, Paul, Musée national du Louvre. Catalogue des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes. Première partie, Moyen Âge et Renaissance ; deuxième partie, Temps modernes, I, Paris, 1922, n° 106
- Michel, André, Musée national du Louvre. Catalogue des sculptures du Moyen Age et de la Renaissance et des temps modernes, Paris, 1897, n° 55
- Barbet de Jouy, Henry, Musée impérial du Louvre. Description des sculptures modernes, 1855, n° 71
- La France de saint Louis, cat. exp. (Paris, Palais de Justice, 1969-1970), 1969-1970, n° 37

Expositions

- Art français médiéval, Niigata (Japon), City prefectural museum of modern art, 10/07/2004 - 12/09/2004, étape d'une exposition itinérante
- Art français médiéval, Fukuoka (Japon), Art Museum, 28/09/2004 - 28/11/2004, étape d'une exposition itinérante
- Regards sur l'art médiéval, Châlons-en-Champagne (France), Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie, 01/07/2005 - 15/01/2006
Dernière mise à jour le 16.11.2017
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances