© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 2007 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert

La Tireuse d'épine

1500 / 1600 (XVIe siècle)
Lieu de provenance : Paris (France)

RF 3455
Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Actuellement visible au Louvre
Salle 214
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 3455
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Jacquiot, Ponce (Rethel, aucun document avant 1553 - 1572)
France

description

Dénomination / Titre
Titre : La Tireuse d'épine
Type d'objet
statuette
Description / Décor
Sur socle mouluré peint en noir

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,26 m ; Largeur : 0,22 m ; Profondeur : 0,14 m
Matière et technique
terre cuite

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1500 - 1600
Lieu de provenance
Paris (France)

Données historiques

Historique de l'œuvre
Collection du sculpteur François Girardon, avant 1710. Collection du financier Pierre Crozat (1665-1740), n° 16 de son inventaire après décès, 1740, puis collection Louis-François Crozat du Châtel (1691-1750). Vente Crozat du Châtel, 14 décembre 1750, n° 182. Collection Louis-Antoine Crozat, marquis de Thiers (1694-1770). Vente marquis de Thiers, Paris, 1772, n° 900. Vente anonyme, Paris, 8 décembre 1976. Collection Jacques Petithory (1929-1992). Acquise par arrêt à l'exportation en 1980 (comité du 10 janvier, conseil du 16 janvier, arrêté du 25 janvier 1980) .
Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Pierre Crozat (Collectionneur)
Girardon, François (Collectionneur)
Mode d’acquisition
achat après arrêt en douane
Date d’acquisition
date de comité/commission : 10/01/1980
date du conseil : 16/01/1980
date de l'arrêté/décision : 25/01/1980
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [SCULPT] Salle 214 - La sculpture de la seconde moitié du 16e siècle : le maniérisme, Salle 214 - Barthélemy Prieur (1536-1611), Vitrine 04

Bibliographie

- Malgouyres, Philippe, « À l'aube du petit bronze maniériste : la Tireuse d'épine de Ponce Jacquio (vers 1530 ? - 1570) », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 3, 2021, p. 11-13, p. 11
- Maral, Alexandre, Girardon, le sculpteur de Louis XIV, Paris, Arthéna, 2015, p. 436
- Gaborit, Jean-René sous la direction de, Sculpture française II - Renaissance et Temps Modernes, vol. 1 et 2, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1998, p. 442
- Radcliffe, Anthony F., « Ponce et Pilon », dans Bresc-Bautier, Geneviève, sous la direction de (dir.), Germain Pilon et les sculpteurs français de la Renaissance - Actes du colloque organisé au musée du Louvre par le service culturel, les 26 et 27 octobre 1990, La documentation Française/Louvre éditions, 1993, 275-296, p. 275-296
- Musée du Louvre. Nouvelles acquisitions du département des Sculptures (1980-1983), Paris, 1984, p. 35-37, n° 9

Expositions

- Bronzes français, Salle Exposition Dossier, 22/10/2008 - 19/01/2009, étape d'une exposition itinérante
Dernière mise à jour le 17.05.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances