© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

La Nymphe au scorpion

Date de création/fabrication : vers 1835 - 1845
Actuellement visible au Louvre
Salle 403
Aile Denon, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 4451
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique
Bartolini, Lorenzo (1777 - 1850)
Italie

description

Dénomination / Titre
Titre : La Nymphe au scorpion
Type d'objet
statue
Description / Décor
Inscriptions
Signature :
Sur le bord de la terrasse : « Bartolini faceva »

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 0,86 m ; Largeur : 1,253 m ; Profondeur : 0,685 m
Matière et technique
marbre

Lieux et dates

Date de création / fabrication
vers 1835 - 1845

Données historiques

Contexte historique
Historique de l'œuvre
Sans doute commandé en marbre d’après le modèle en plâtre créé vers 1835 et resté dans l’atelier de Bartolini. Acquis par le prince Charles de Beauvau pour son château d’Haroué vers 1843 ; Salon de 1845, n° 2038 ; collection princesse de Beauvau Craon à Haroué. Don de la Société des Amis du Louvre (comité du 13 janvier, conseil du 19 janvier, arrêté du 25 février 1994).
Mode d’acquisition
don de la Société des Amis du Louvre
Date d’acquisition
date de comité/commission : 13/01/1994
date du conseil : 19/01/1994
date de l'arrêté/décision : 25/02/1994
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Denon, [SCULPT] Salle 403 - Galerie Michel-Ange

Bibliographie

- Musée de la Vie romantique (dir.), L'œil de Baudelaire, cat. exp. (Paris, Musée de la Vie Romantique, du 20 septembre 2016 au 29 janvier 2017), Paris, Paris Musées/Flammarion, 2016, p. 64, 182, coul, p. 64, Cat. 49
- Bresc-Bautier, Geneviève, sous la direction de (dir.), Bormand, Marc ; Gaborit, Jean-René ; Guillot de Suduiraut, Sophie ; Lafabrie, Michèle ; Le Pogam, Pierre-Yves ; Tupinier-Barrillon, Béatrice ; Leroy-Jay Lemaistre, Isabelle ; Scherf, Guilhem, Les Sculptures européennes du Musée du Louvre: Byzance, Espagne, îles Britanniques, Italie, Anciens Pays-Bas et Belgique, pays germaniques et de l’Europe de l’Est, pays scandinaves, Antiques restaurées et copies d’antiques, Paris, Somogy, éditions d'art ; Musée du Louvre éditions, 2006, p. 75, ill. 75
- Gaborit, Jean-René dir., Musée du Louvre. Nouvelles acquisitions du département des Sculptures (1992-1995), Paris, 1996, p. 123-125, n° 33
- Leroy-Jay Lemaistre, Isabelle, « La nymphe au scorpion par Bartolini (1777-1850) », Revue du Louvre. La revue des musées de France, 4, octobre, 1994, p. 16-17
- Lorenzo Bartolini. Mostra delle attività di tutela. février–mai 1978, Pise, 1978, p. 54, n° 16
- Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants, exposés au musée royal le 15 mars 1845, Paris, 1845,

Expositions

- Lorenzo Bartolini, Florence (Italie), Galleria dell'Accademia, 30/05/2011 - 06/11/2011
- L'œil de Baudelaire, Paris (Externe, France), Musée de la Vie Romantique, 20/09/2016 - 29/01/2017
Dernière mise à jour le 20.10.2017
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances