Pleurants de l'église du monastère cistercien de Poblet (Espagne)

Date de création/fabrication : 1300 - 1400
Actuellement visible au Louvre
Salle 103
Aile Richelieu, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : RF 823 ; RF 2582

description

Dénomination / Titre
Titre : Pleurants de l'église du monastère cistercien de Poblet (Espagne)
Description / Décor

Lieux et dates

Date de création / fabrication
1300 - 1400

Données historiques

Historique de l'œuvre
Proviennent des tombeaux des rois d'Aragon élevés de 1349 à 1380 par Pierre IV le Cérémonieux (roi de 1335 à 1387) dans l'église du monastère cistercien de Poblet. Le chantier est dirigé par Maître Aloi et Jaume Cascalls de 1349 à 1361, par Cascalls jusqu'en 1377 qui travaille avec son esclave grec Jordi de Déu, puis par ce dernier jusqu’en 1380 pour les tombeaux royaux. En 1835, le monastère est pillé, les tombeaux sont dévastés et de nombreux éléments de leur décor sculpté sont dispersés. RF 823 : acquis de M. Baron (probablement Stanislas Baron) à Paris, 1890 (comité du 27 février, arrêté du 14 avril 1890).
RF 2582: acquis en vente publique à Paris, 29 mai 1946 (comité du 3 juin 1946).
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [SCULPT] Salle 103 - Actualités du département des sculptures

Index

Catégorie

Bibliographie

- Bresc-Bautier, Geneviève, sous la direction de (dir.), Bormand, Marc ; Gaborit, Jean-René ; Guillot de Suduiraut, Sophie ; Lafabrie, Michèle ; Le Pogam, Pierre-Yves ; Tupinier-Barrillon, Béatrice ; Leroy-Jay Lemaistre, Isabelle ; Scherf, Guilhem, Les Sculptures européennes du Musée du Louvre: Byzance, Espagne, îles Britanniques, Italie, Anciens Pays-Bas et Belgique, pays germaniques et de l’Europe de l’Est, pays scandinaves, Antiques restaurées et copies d’antiques, Paris, Somogy, éditions d'art ; Musée du Louvre éditions, 2006, p. 33
Dernière mise à jour le 04.01.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances