face, recto, avers, avant © 1982 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Peter Willi
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
dos, verso, revers, arrière © 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1969 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
© 1982 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Peter Willi
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1972 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1969 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© 1968 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Photographe inconnu
© Musée du Louvre / Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Fermail orné d'une fleur de lis

Epoque / période : gothique (Occident->moyen âge)

Date de création/fabrication : 1325 - 1350 et 1365 - 1367
Lieu de création : Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)
Actuellement visible au Louvre
Salle 504
Aile Richelieu, Niveau 1
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MR 345
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Fermail orné d'une fleur de lis
Titre d'usage : Fermail de saint Louis
Type d'objet
fermail dit de saint Louis
Description / Décor
Fermail en argent doré, en forme de losange. Il est bordé d’une moulure à plusieurs ressauts soulignés d’un double perlé. Un cordon de pierreries (rubis et saphirs) le cerne, délimitant un espace entièrement couvert de fleurs de lis champlevées sur un fond d’émail bleu sombre. Au-dessus de ce fond, une grande fleur de lis héraldique s’épanouit : elle est faite d’une plaque d’argent doré découpée, sur laquelle sont fixés de gros cabochons (améthystes, primes d’émeraudes, rubis) ; les pétales latéraux de la fleur, renflés, se retroussent à leur extrémité.
La plupart des pierreries sont serties dans des bâtes de forme évasée ou conique, la pointe en bas, venant former autour de la pierre une sorte de collerette striée. La pierre elle-même est maintenue par une bande de métal lisse qui s’emboîte dans la partie inférieure du chaton. Les cabochons les plus importants sont de surcroît retenus par des griffes.
Les bâtes plus simples qui apparaissent sur la bordure et sur la fleur sont peut-être dues à l’intervention de l’orfèvre Jean de Picquigny qui, en 1365-1367, fut chargé de ressertir et vérifier les pierreries.
Ce n’est pas avant la fin du XVIIe siècle que le fermail fut considéré comme celui du manteau royal de saint Louis puis, aux XIXe et XXe siècles, comme fermail du sacre de Charles V. Cependant, aucun élément historique ne vient appuyer cette affirmation. En dépit de la présence d’une fleur de lis, ce type de fermail n’était pas réservé au sacre ni à la personne du roi : il pouvait être porté par des princes et princesses, ou même par certains dignitaires ecclésiastiques.

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur avec accessoire : 18,9 cm ; Largeur avec accessoire : 16,7 cm ; Epaisseur avec accessoire : 2,2 cm
Matière et technique
Matériau/Technique : Argent doré, champlevé, émail opaque ; pierres précieuses
Matériau : argent
Technique : doré = dorure (techniques métal)
Technique : champlevé (techniques métal)
Technique : émail opaque (techniques métal->émaillé = émaillage = émail = émaux)
Matériau : pierre précieuse = pierres précieuses

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : gothique (Occident->moyen âge)

Date de création/fabrication : 1325 - 1350 et 1365 - 1367
Lieu de création / fabrication / exécution
Paris (France->Ile-de-France = Ile de France)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
ancienne collection royale/de la Couronne
Date d’acquisition
date : 05/12/1793

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Richelieu, [OArt] Salle 504 - Sceptre de Charles V, Vitrine 10

Bibliographie

- Alcouffe, Daniel (dir.), Le trésor de Saint-Denis, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 12 mars - 17 juin 1991), Paris, Réunion des musées nationaux, 1991, fig. p. 260-261, n° 55
- Regalia. Les instruments du Sacre des Rois de France. Les "Honneurs de Charlemagne", cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 14 octobre 1987 - 11 janvier 1988), Paris, 1987, p. 55
- Dix siècles de joaillerie française, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 3 mai - 3 juin 1962), Paris, Ministère d'Etat-Affaires Culturelles, 1962, n° 13
- Gay, Victor, Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, tome second H - Z, Paris, A. Picard, 1928, p. 146, fig. p. 146
- Marquet de Vasselot, Jean-Joseph, Musée du Louvre. Catalogue sommaire de l'orfèvrerie, de l'émaillerie et des gemmes du Moyen Age au XVIIème siècle, Paris, Gaston Braun éditeur, 1914, p. 25, MV 120
- Molinier, Emile, « Les bibelots du Louvre », La Revue de l'art ancien et moderne, tome 5, 1, 1899, p. 61-72, p. 70
- Darcel, Alfred, Musée national du Moyen Age et de la Renaissance [Louvre]. Série D. Notice des émaux et de l'orfèvrerie, 4e éd. avec supplément par E. Molinier, Paris, 1891, D 941
- Barbet de Jouy, Henry, Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des Temps modernes composant le musée des Souverains, Paris, 1868, n° 33
- Barbet de Jouy, Henry, Musée impérial du Louvre. Gemmes et joyaux de la Couronne dessinés et gravés à l'eau-forte d'après les originaux par Jules Jacquemart, Paris, Chalcographie des Musées impériaux, 1865, pl. X

Expositions

- Le trésor de Saint-Denis, Napoléon, Exposition Temporaire sous pyramide, 12/03/1991 - 17/06/1991
Dernière mise à jour le 04.12.2020
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances