© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2000 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2010 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
© 2000 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Coffret : scènes courtoises

vers 1430
Lieu de création : Bourgogne (Europe->France) (?)
MRR 80 ; MRR 83
Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes
Numéro d’inventaire
Numéro principal : MRR 80
Autre numéro d'inventaire : MRR 83
Artiste / Auteur / Ecole / Centre artistique

description

Dénomination / Titre
Titre : Coffret : scènes courtoises
Type d'objet
coffret
Description / Décor
Ce coffret est formé de petites plaquettes d’os finement ajourées montées sur un coffret de bois moderne. Elles ornaient probablement un coffret, mais l’on ne peut savoir si leur disposition actuelle correspond à celle d’origine. Sur les treize plaquettes figurent les thèmes courtois caractéristiques des représentations de jardins d’amour en vogue au XVe siècle, notamment sur la gravure du Grand jardin d’amour conservée à Berlin : musique, collation, échange de présents et de couronnes de fleurs, jeu d’échecs évoqué indirectement par le fond des plaquettes bleu échiqueté d’or ; la fauconnerie, chasse noble, autre activité aristocratique à la symbolique amoureuse, vient compléter cette évocation des loisirs courtois.
Sur le couvercle, quatre thèmes différents sont représentés, que nous lirons de haut en bas et de gauche à droite. Dans un jardin, figuré par un arbre et d’étranges arbustes en forme de fuseau, un homme vêtu d’une houppelande aux bords découpés, apporte une corbeille de fruits à sa dame (I). Toujours dans un jardin, un couple joue de la musique (II). La dame, vêtue d’une houppelande aux longues manches découpées, coiffée d’un « bourrelet », joue d’un orgue portatif ou « positif » ; face à elle, l’homme, vêtu d’un pourpoint court et ceinturé, chaussé d’étroites poulaines, coiffé d’un chaperon, joue de la harpe. Un couple seigneurial donne un bain à un faucon, une étape destinée à apprivoiser le faucon dans le processus de dressage à la chasse (III). Tandis que la jeune femme agite une baguette dans l’eau du bassin pour éclabousser le faucon, l’homme, coiffé d’un grand chapeau de paille, tient un leurre en forme de patte d’oiseau dans sa main droite. Un homme, vêtu d’un pourpoint et coiffé d’un chaperon, s’agenouille devant sa dame pour lui offrir une fleur (IV). Celle-ci tresse une couronne de fleurs.
Sur l’avant, deux plaquettes se font face de part et d’autre de la serrure. A gauche, une jeune femme coiffée d’un « bourrelet », vêtue d’une houppelande aux longues manches tombant gracieusement jusqu’au sol, tend une fleur à son amant (V). A droite, l’amant, tenant une aumônière dans la main droite, s’avance vers sa dame pour lui offrir une grande fleur (VI).
Sur le côté droit, deux plaquettes : une jeune femme à la coiffure en bourrelet détache sa ceinture pour l’offrir à son amant (VII) ; celui-ci (ou un serviteur ?) apporte une aiguière dans un bassin, pour la collation au jardin (VIII).
Sur l’arrière, trois plaquettes sont de nouveau consacrées à la musique : une dame joue du positif (IX), un homme joue de la harpe (X), enfin un homme, une aumônière à la ceinture, coiffé d’un étrange bicorne, joue d’une double flûte.
Sur le petit côté gauche, on retrouve l’art de la fauconnerie : une dame porte sur son poing un faucon attaché à une longue corde (XII). Face à elle, un homme au chaperon volant au vent tient un leurre en forme de patte d’oiseau (XIII).
Ce coffret était certainement destiné à une clientèle aristocratique, car les vêtements et les coiffures des personnages reflètent l’élégance ostentatoire des cours du gothique international. Cette mode extravagante, qui évolua rapidement, permet de bien situer chronologiquement le coffre, entre la fin des années 1420 et les années 1430 : la représentation de pourpoints évoque la fin du gothique international, tandis que les longues manches tombantes des houppelandes féminines disparaissent au cours des années 1430. L’élégance vestimentaire des personnages ainsi que le raffinement dans le traitement de l’os indiquent que l’artiste qui réalisa ce coffret était lié à la société de cour.
Inscriptions
Etiquette :
en dessous, étiquette ronde à bord bleu "952", rectangulaire à bord bleu "A 78", rectangulaire à bord bleu "N couronné 994", rectangulaire, marquage à la plume à l'encre noire "80"
Inscription :
à l'encre rouge sur le devant "133"

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur avec accessoire : 11 cm (dimensions hors tout) ; Largeur avec accessoire : 15 cm (dimensions hors tout) ; Profondeur avec accessoire : 11,2 cm (dimensions hors tout)
Matière et technique
Matériau : os
Matériau : bois
Matériau : métal
Technique : vernis brun (techniques métal->vernis = vernissage)
Matériau secondaire : parchemin (?) (peint)

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Epoque / période : gothique (Occident->moyen âge)

Date de création/fabrication : vers 1430 - 1430
Lieu de création / fabrication / exécution
Bourgogne (Europe->France) (?)

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Révoil, Pierre (Collectionneur)
Mode d’acquisition
achat
Date d’acquisition
date : 1828
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Objets d'art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
non exposé

Bibliographie

- Williamson, Paul, The Wyvern Collection. Medieval and Later Ivory Carvings and Small Sculpture, Londres, Thames & Hudson, 2019, p. 284
- Hay mas en ti. Imagenes de la mujer en la Edad Media (siglos XIII-XV) [Plus est en vous. Images de la femme au Moyen-Âge (XIIIe-XVe siècle], 2 vol., cat. exp. (Bilbao, museo de Bellas Artes de Bilbao, 7 février - 15 mai 2011), Bilbao, 2011, p. 87-88, n°10
- Gaborit-Chopin, Danielle ; Alcouffe, Daniel ; Bardoz, Marie-Cécile, Ivoires médiévaux : Ve-XVe siècle : catalogue, Paris, Réunion des musées nationaux, 2003, p. 520-521, n° 245
- Koechlin, Raymond, Les Ivoires gothiques français, 3 vol., Paris, A. Picard, 1924, p. 525 (tome I), pl. CCXXVIII (tome III), n° 1314 (tome II)
- Von Schlosser, Julius, « Die Werkstatt der Embriachi in Venedig », Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des Allerhöchsten Kaiserhauses, Baum, Kelly, 1899, p. 220-282, n° 84
- Molinier, Emile, Catalogue des ivoires. Musée national du Louvre, Paris, May et Motteroz, 1896, p. 268-270, n° 133
- Courajod, Louis, La collection Révoil du Musée du Louvre, Caen, Imprimerie Le Blanc-Hardel Henri Delesques, successeurs, 1886, p. 39
- Sauzay, Alexandre, Musée de la Renaissance [Musée du Louvre]. Notice des ivoires : série A, Paris, Ch. de Mourgues frères, 1863, p. 29, A 78
- Laborde, Léon de, Notice des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du musée du Louvre, [Paris, Musée du Louvre], Paris, Ch. de Mourgues frères, 1857, p. 395, Lab. 952

Expositions

- La Dame à la Licorne, Osaka (Japon), National Museum of Art, 27/07/2013 - 20/10/2013, étape d'une exposition itinérante
- Ivoires : de l'Orient ancien aux Temps Modernes, Richelieu, Salles d'Exposition temporaire, 25/06/2004 - 30/08/2004
- La Dame à la Licorne, Tokyo (Japon), National Art Center, 24/04/2013 - 15/07/2013, étape d'une exposition itinérante
- La femme gothique, Bilbao (Espagne), Museo de Bellas Artes, 07/02/2011 - 15/05/2011
Dernière mise à jour le 20.09.2021
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances