© 2008 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville
© 2008 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
© Musée du Louvre / Maurice et Pierre Chuzeville

dalle ; objet funéraire

100 / 300 (Romain Impérial)
Lieu de découverte : Palmyre = Tadmor
AO 2204
Département des Antiquités orientales
Actuellement visible au Louvre
Salle 315
Aile Sully, Niveau 0
Numéro d’inventaire
Numéro principal : AO 2204

description

Dénomination / Titre
Dénomination : dalle ; objet funéraire
Description / Décor
rectangulaire

Décor : inscription

Etat de l'oeuvre : incomplet
Précision sur l'objet : Dalle funéraire inscrite
Inscriptions
Écriture :
écriture palmyrénienne
Inscription :
"Hélas, Samsigeram fils de Nurbêl, procureur. Il a construit ce tombeau : que personne n'ouvre sur lui ce caveau à jamais. (Autrement), qu'il n'ai jamais ni descendance ni bienfaiteur : ce sera injustifiable à jamais pour celui qui l'ouvrira et il ne sera pas rassasier de pain et d'eau
Langue :
palmyrénien
Nature du texte :
épitaphe

Caractéristiques matérielles

Dimensions
Hauteur : 31 cm ; Longueur : 53 cm ; Epaisseur : 3 cm
Matière et technique
Matériau : calcaire
Technique : haut-relief

Lieux et dates

Date de création / fabrication
Romain Impérial (IIe s ap JC ; IIIe s ap JC) (100 - 300)
Lieu de découverte
Palmyre = Tadmor

Données historiques

Détenteur précédent / commanditaire / dédicataire
Mode d’acquisition
don
Date d’acquisition
date : 1891
Propriétaire
Etat
Affectataire
Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Localisation de l'œuvre

Emplacement actuel
Sully, [AO] Salle 315 - Arabie - Les cités caravanières, Dura Europos, Palmyre, Vitrine 6 Palmyre inscriptions funéraires

Bibliographie

- Dentzer-Feydy, Jacqueline ; Pic, Marielle ; Teixidor, Javier, Les Antiquités de Palmyre au Musée du Louvre, [Musée du Louvre/Département des Antiquités orientales], Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, p. 188, n° 189
Dernière mise à jour le 21.11.2013
Le contenu de cette notice ne reflète pas nécessairement le dernier état des connaissances